"Je n’exclus pas d’écrire un livre". Ces paroles prononcées par Valérie Trierweiler quelques jours après sa rupture avec François Hollande n’ont pas échappé aux éditeurs de Paris. Certains seraient désormais prêts à débourser des dizaines, voire des centaines, de milliers d’euros.

©AFP

Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Après que l’affaire Hollande-Gayet a permis aux éditeurs de presse de générer un coquet chiffre d’affaires additionnel, les maisons d’édition espèrent bien que ce soit prochainement leur tour. Et pour cela, elles fondent leurs espoirs sur la sortie prochaine d’un livre signé Valérie Trierweiler. "Je suis plus dans la déception que dans la colère, mais je n’exclus pas d’écrire un livre", confiait l’ex-Première dame quelque temps après sa rupture avec le président Hollande. Des paroles plutôt vagues mais qui n’ont cependant pas manqué de mettre les éditeurs en alerte.

Publicité
Des contrats allant de 100 000 à 500 000 eurosMais alors que tous ne pourront pas surfé sur cette aubaine, les offres s’enflamment. Selon les informations de L’Express, les contrats proposés à Valérie Trierweiler iraient de 100 000 à 500 000 euros. "De quoi (lui) insuffler l’élan de motivation nécessaire ?", s’interroge l’hebdomadaire. Et celui-ci d’ajouter que, d’après une source du monde de l’édition, "la rumeur dit qu’elle va probablement le faire". Interrogée par Planet.fr le jour où Closer à sorti ses révélations choc sur la prétendue liaison de François Hollande et Julie Gayet, Nadia Le Brun, amie et biographe de Valérie Trierweiler, avait prévenu : "Je pense qu’elle aura à cœur de donner sa vérité. Pas maintenant, mais à un moment qu’elle jugera opportun. Tout dépendra alors de la communication qu’il y aura entre elle et François Hollande, de s’ils parviennent ou non à trouver un terrain d’entente".

Vidéo : Première apparition de Valérie Trierweiler depuis sa rupture avec François Hollande

Publicité