France 5 a diffusé pendant sa page de pub une publicité prônant les relations extraconjugales, celle du site internet pour rencontres entre infidèles AshleyMadison.com. Le CSA pourrait refuser que cette publicité repasse à la télévision. 

France Télévisions a accepté la diffusion sur l’une de ses chaînes de la publicité du site internet AshleyMadison.com, un site prônant les relations extraconjugales, dont le maître mot est "La vie est courte. Tentez l’aventure" (voir la vidéo ci-dessous).  

Ce site de rencontres entre infidèles est canadien mais a déjà fait parler de lui en France, lorsqu’en octobre 2012 son premier spot de publicité français avait été censuré par l'Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP). Ce spot publicitaire mettait en scène une jeune femme accompagné d'un homme et indiquait que cette femme était mariée... mais que l'homme qui l'accompagnait n'était pas son mari. Ce même spot avait été diffusé en Allemagne, en Argentine, en Belgique et Italie, accompagné du slogan officiel du site internet "ils sont mariés, mais pas ensemble." Cette fois-ci, la publicité montre un homme qui rencontre sa maîtresse numéro 1... avant d'aller voir sa maîtresse numéro 2.

Un spot de pub qui choqueLe Huffington Post dans son article fait part d’un aveu de Christine Kelly, membre du Conseil Supérieur de l'Audioviseul (CSA), des téléspectateurs se sont plaints à la suite de la diffusion de cette publicité. Elle a enfreint le décret du 27 mars 1992, soit le fait qu’une publicité retransmise à la télévision de peut pas être de "nature à choquer les convictions religieuses, philosophiques ou politiques des téléspectateurs." Le CSA pourrait donc censurer ce spot.

Publicité
France Télévisions n’avait pas le choixCependant, le Huffington Post a contacté la direction de la régie publicitaire de France Télévisions. On leur a expliqué que "l'ARPP lui a donné avis favorable. Dire non à cet annonceur constituerait un cas de refus de vente et une distorsion de concurrence dans le secteur très disputé des sites de rencontre." Ainsi, ils ne pouvaient "refuser cet annonceur." 

Publicité