Selon des astronomes américains, une neuvième planète ferait partie de notre système solaire. Elle serait 10 fois plus lourde que la Terre et orbiterait à une très grande distance du Soleil.

"Planète 9", c'est le modeste nom que deux astronomes du California Institute of Technology (Caltech) ont donné à la probable future neuvième planète du système solaire.

Depuis l'exclusion de Pluton en 2006, notre système solaire ne compte plus que 8 planètes : Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. 

Mike Brown et Konstantin Batygin expliquent dans la revue The Astronomical Journal, qu'ils auraient découvert des perturbations importantes dans les orbites de plusieurs planètes. Les astronomes ont en effet identifié une évolution mystérieuse d'objets qui se trouvent au-delà de Neptune, dans une zone appelée "la ceinture de Kuiper". Selon des calculs mathématiques et des simulations numériques, l'hypothèse de l'existence d'une neuvième planète expliquerait les annomalies dans ces orbites elliptiques. 

En 2003, la découverte de la planète naine Sedna avait déja mis les chercheurs sur la piste. Cet objet situé au niveau de la ceinture de Kuiper semblait être influencé par un objet invisible et plus gros. 

Alors que Pluton avait été exclue du fait qu'elle était trop petite et a été rangée au rang de "planète naine", ce ne serait pas le cas de "planète 9" qui serait dix fois plus lourde que la Terre. Si elle existe véritablement, cette planète se situerait bien plus loin que Neptune et évoluerait autour du Soleil à 4,5 milliards de km en moyenne. Elle serait donc 600 fois plus loin du Soleil que la Terre. Elle pourrait effectuer une orbite complète autour du Soleil entre 10 000 et 20 000 ans. 

A lire sur le même thème : Système solaire : Neptune et Pluton abriteraient deux planètes inconnues

Une planète invisible 

Cependant, cette planète est encore invisible. Bien que son existence ait été quasiment prouvée, elle n'a toujours pas été observée. Ce n'est pas la première fois qu'une planète est découverte de cette manière. Neptune a été repérée à partir de perturbation dans l'orbite d'Uranus.

Publicité
Ironie du sort: Mike Brown, un des astronomes à l'origine de cette découverte est également un membre qui avait participé à l'exclusion de Pluton en 2006. Ce dernier admet dans le Time que "l’existence d’une autre planète a été évoquée déjà une centaine de fois. Mais c’est la première fois en 150 ans que nous pouvons dire que nous avons des preuves convaincantes que le recensement du système solaire est incomplet". 

En vidéo sur le même thèmeUne neuvième planète découverte: l'avis des spécialistes 

Publicité
Publicité