Une famille qui a participé à l'émission "Tous ensemble" diffusée sur TF1 désire porter plainte contre la production. Elle lui reproche de ne pas avoir fait sérieusement les rénovations, des dizaines de travaux restant encore à faire.

Que s’est-il passé dans cette famille de Goupillère, dans l’Eure ? Il y a quelques semaines, quand leur maison venait d’être entièrement rénovée par l’émission Tous ensembles, Thierry et Nathalie Le Fur avaient l’air heureux. Aujourd’hui, ils souhaitent tout simplement porter plainte contre la production, rapporte La Dépêche.

Diffusé sur TF1, ce programme propose d’aider des personnes qui, à cause d’accidents de la vie, d’un manque d’agent ou d’une situation d’handicap, ne peuvent pas réaliser de travaux chez eux. Une fois la candidature acceptée, des bénévoles de la région ont trois semaines pour rénover le logement sélectionné. Sur le papier et à l’écran tout semble concorder pour satisfaire la famille aidée.

Thierry et Nathalie Le Fur était les premiers ravis. Mais après quelques semaines, un sentiment de duperie et monté en eux. "C’est tout beau tout rose ce qu’on voit à la télé, ça brille. Mais quand on vit dedans, ça n’a rien à voir", expliquait la mère dans un reportage diffusé sur France 3 (voir la vidéo ci-dessus).

D'autres familles ont déjà dénoncé le "travail bâclé" de la production

Malfaçons, raccord à l’eau inexistant, siphon manquant, évacuation et ventilation défaillantes, la liste est longue et la famille Le Fur ne souhaite tout simplement pas repasser derrière l’émission pour rattraper toutes les erreurs commises par les bénévoles. À ce titre, le couple n’en veut pas particulièrement à tous ceux qui s’étaient déplacés pour les aider car elle reste consciente du "travail effectué". Même avec "soixante hommes sur un chantier en même temps", les travaux ne peuvent être réalisés en si peu de temps avancent-ils.

De son côté, la production La Concepteria, explique ne pas avoir induit en erreur les Le Fur. "On leur dit précisément pourquoi on est là. On leur dit précisément comment les choses vont se passer. Maintenant, comme ce sont des familles dans des situations difficiles, ils entendent souvent la partie un peu rose de l’histoire", a répliqué Florence Chalom, directrice générale de La Concepteria, interrogée par France 3.

Publicité
Ce n’est pas la première fois que des familles ou encore des bénévoles dénoncent un travail "bâclé". En cause selon eux, le peu de temps pour réaliser les travaux et la recherche d’un bon visuel par la production.