Une adolescente scolarisée dans un collège de Créteil (Val-de-Marne) a été rackettée et violentée pendant des mois par un groupe de jeunes filles. Mardi dernier, elles ont décidé de la torturer à la sortie des cours.

Elle aura vécu l’enfer pendant des mois. Sandra*, une collégienne de 12 ans scolarisée dans une école de Créteil (Val-de-Marne), a été victime de racket par des filles de son quartier.

Depuis décembre, six filles venaient l’attendre devant son établissement pour lui réclamer de l’argent. Mardi soir dernier, ces agresseurs sont passé au stade supérieur.

Couverte d’ecchymoses, brûlée par endroit au visage et la mâchoire déplacée, la jeune fille a raconté au Parisien avoir été torturée par les adolescentes : "Ces six filles m’attendaient à 17h30 à la sortie et m’ont obligée à les suivre à cause du grand couteau de cuisine avec lequel elles m’ont menacée. Je me doutais qu’il allait arriver quelque chose. Elles m’avaient réclamé 170 € que je ne pouvais pas leur donner. Elles m’ont frappée, craché dessus, brûlée avec leur cigarette, fait déshabiller, coupé des mèches de cheveux avec le grand couteau et même uriné dessus. On a changé deux fois de lieux parce qu’elles entendaient des sirènes de police".

A lire aussi- "Mon fils de 12 ans, battu et insulté, vit un véritable calvaire au collège"

Trois adolescentes en garde à vue

Finalement, après avoir été obligée de voler de la nourriture dans une épicerie, Sandra a été relâchée. Plus tard, vers 18 heures, sa mère la croise dans la rue en faisant les courses. "C’était horrible, elle était en sang, elle titubait le long du cimetière, elle avait du mal à respirer", raconte cette dernière, choquée.

Trois jeunes filles âgées entre 13 et 15 ans ont été interpellées et étaient toujours en garde à vue mercredi soir. Selon la mère de Sandra, ces dernières vivraient dans des foyers et auraient été renvoyées de plusieurs collèges.

Publicité
Alors que la famille de la jeune fille compte déménager, une enquête pour extorsion de fonds en bande organisée, torture et actes de barbarie sur mineur de moins de 15 ans, a été ouverte et confiée à la sûreté territoriale, informe Le Parisien.

*Son nom a été changé.

Vidéo sur le même thème : Créteil : un conseiller municipal Les Républicains tué à son domicile

Publicité