POLÉMIQUE : Jeudi 5 octobre au matin, un employé d'une enseigne Monoprix située au Raincy en Seine-Saint-Denis a mis fin à ses jours sur son lieu de travail. Problème : le magasin aurait rouvert ses portes seulement quelques heures après le drame. Ce que déplorent les autres salariés. 

L'homme se serait défenestré peu de temps après avoir débuté son service après 34 années passées à travailler pour le compte de Monoprix. Si une enquête a été ouverte pour confirmer la thèse du suicide et qu'une cellule psychologique a été mise en place afin de soutenir les collaborateurs du groupe dans cette épreuve, l'attitude de la direction a rapidement été contestée au point de susciter la polémique.

A lire aussi : Paris : un père de famille se défenestre avec ses enfants

"Garder le secret"

Selon les témoignages recueillis par le Bondy Blog, la directrice aurait annoncé aux salariés "que le mieux était d’ouvrir le magasin" tout en leur demandant "de garder le secret", "pour ne pas faire peur à la clientèle". Seulement voilà, les employés du magasin dénoncent une réouverture effectuée seulement trois heures après le drame. Le tout, sans réelle concertation. Ce que conteste la direction du groupe. Laquelle a assuré à France Bleu que "la décision [avait] été prise en concertation avec les équipes" et que "plusieurs experts [avaient] confirmé que la reprise du travail [protégeait]" les collaborateurs dans de telles situations.

Des conditions de travail compliquées ?

Publicité
Le fait est que, dans la foulée, d'autres employés du Monoprix ont souhaité évoquer leurs conditions de travail jugées difficiles et fait référence à des arrêts de travail fréquents ainsi qu'à de multiples abandons de postes. La direction de la communication du groupe s'est dite "surprise". Elle a, dès lors, tenu à préciser que les pratiques décrites n'étaient pas "tolérées" par Monoprix.

En vidéo - Causes des souffrances au travail