Dans son dernier rapport, la Cour des comptes épingle les largesses accordées par certains élus. Ainsi, seules 20 % des collectivités respectent les 35 heures hebdomadaires.

Les dépenses de personnel de communes, intercommunalités, départements et régions ont grimpé de 23 % de 2008 à 2015, indique la Cour des comptes dans son dernier rapport. Or, tout cela à un coût : 80 milliards d'euros.

Principale cause de ce dérapage : la hausse des effectifs, qui ont grossi de 405 000 agents de 2002 à 2013. C'est au niveau du bloc communal que les choses se sont le plus aggravées, avec + 243 000 postes, la mise en place des intercommunaités ayant entraîné des doublons plus que des mutualisations.

A lire aussi Pour la Cour des comptes, la Corse fait perdre de l'argent à la France

De moins en moins de présence au travail...

La Cour des comptes pointe aussi un laxisme dans la gestion du temps de travail. Seules 20 % des collectivités respectaient les 1 607 heures annuelles correspondant aux 35 heures par semaine. En moyenne, le temps de travail n'était que de 1 562 heures par an. Si l'institution ne remet pas en cause les jours compensant des contraintes (travail de nuit…), elle dénonce les largesses accordées par certains élus : autorisations spéciales d'absence pour des fêtes religieuses ou des événements familiaux, jours de congé en plus à l'occasion de ponts et de fêtes locales (neuf à Narbonne !)...

Publicité
La Cour estime que 1,2 milliard pourrait être économisé par an, "en supprimant les jours de congé irréguliers". Les magistrats invitent aussi à "s'interroger sur le rétablissement du jour de carence", instauré par la droite en 2012 et supprimé par la gauche en 2014.

Vidéo sur le même thème : Les avantages des fonctionnaires dans le viseur de la Cour des Comptes