Un jeune cuisinier a contracté la malaria au Malawi et a dû être rapatrié d’urgence en France. Problème, l'homme est sans emploi et n'a donc pas d'assurance.

Une histoire cauchemardesque. Matthieu Jacquet, un jeune cuisinier français vivant au Malawi (sud-est de l'Afrique), a contracté la malaria. Ne pouvant être soigné sur place, il est rapatrié en urgence à La Réunion. Mais un problème auquel sa famille n’a pas pensé les a rattrapés. Ne travaillant plus au moment où il est tombé malade, il n’a plus accès à l’assurance maladie. Conséquence : le fisc lui réclame 87 000 euros pour son rapatriement depuis le Malawi.

Originaire de la Vendée, Matthieu Jacquet était parti travailler, il y a un peu plus d’un an, dans un hôtel au Malawi. Tombant dans le coma des suites de sa maladie, sa famille n’a eu d’autre choix que de demander son rapatriement. "Il fallait signer la reconnaissance de dette au niveau de l'État sinon l'avion ne décollait pas, a expliqué à Francetvinfo le père de l’ancien malade, Claude Jacquet. Cela veut dire qu'on laissait mourir notre fils là-bas, à douze heures près il était mort. Ce n'est pas qu'on ne veut pas rembourser, on ne peut pas."

Le jeune cuisinier a créé une page Facebook pour récolter des fonds

Publicité
Aujourd’hui guéri, Matthieu Jacquet ne sait pas comment rembourser la somme qu’a dû lui avancer le ministère des Affaires étrangères. Espérant réunir les fonds nécessaires, il a créé une page Facebook. Grâce à celle-ci, environ 2 000 euros ont pu être récoltés. Mais cette somme est loin d’être suffisante. "Ça m'a aidé pour rentrer de La Réunion à Paris, car le billet était de 1 800 euros", a témoigné le jeune cuisinier. Dépourvus, Matthieu Jacquet et sa famille ont fait appel au président de la République. Leur espoir : voir leur dette diminuer.

En vidéo sur le même thème - "Monseigneur Ebola" : quand Marine Le Pen essaie de désamorcer la polémique autour de son père

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité