Selon "Le Figaro", le Belgo-Tunisien Farouk Ben Abbes, qui touche le RSA et a bénéficié de milliers d'euros de l'Etat, projetait un attentat sur des chemins de fer en France et un autre au Bataclan.

La semaine dernière, on apprenait que l'islamiste Farouk Ben Abbes bénéficiait à nouveau des minimas sociaux après une interruption due à son incarcération. Mais selon le Figaro, l'homme de 31 ans projetait de faire un attentat sur des chemins de fer en France, en 2009.

Son nom apparaît dans plusieurs affaires terroristes

Le quotidien de droite s'appuie sur une source judciaire égyptienne. Celle-ci affirme que l'islamiste a avoué lors de son interrogatoire au Caire en 2009 qu'il avait participé à des entraînements militaires à Gaza avant de partir en Belgique. Mais surtout, il projettait de venir en France commettre un attentat contre des chemins de fer. Il a également indiqué vouloir s'en prendre à des "institutions juives" comme le Bataclan. "C'est la première fois que le projet contre la salle de concert est directement mentionné par Ben Abbes lui-même", note Le Figaro.

A lire aussi Toulouse : un islamiste radical assigné à résidence touche le RSA

Le nom de Farouk Ben Abbes est apparu dans plusieurs affaires de terrorisme, dont le projet d'attentat au Bataclan. Finalement, l'homme avait bénéficié d'un non-lieu en 2012. Il est par ailleurs proche du djihadiste Fabien Clain qui a revendiqué la tuerie du 13 Novembre au nom de Daech dans une vidéo.

Il continue à toucher le RSA et a reçu 21 650 € de l'Etat

Farouk Ben Abbes est assigné à résidence depuis les attentats de Paris, et vit actuellement à Toulouse. En mars dernier, il avait touché 21 650 € de l'Etat à la suite de deux mois d'incarcération jugée abusive par la cour d'appel de Paris, décision confirmée par la Cour de cassation.

Publicité
Par ailleurs, depuis le 1er juillet, il perçoit à nouveau le RSA (Revenu de Solidarité Active). Ses aides de la Caisse d'allocations familiales (CAF) avaient été interrompues entre mars et mai à cause de son incarcération pour manquement... à ses obligations d'assigné à résidence. Au moment de constituer son dossier RSA, "il remplissait toutes les conditions, notamment celle d'être ressortissant de l'Union européenne, déclarait au Parisien une source proche du dossier. Sa dangerosité supposée ne fait pas partie des critères prévus par les textes".

Vidéo sur le même thème : Pourquoi Farouk Ben Abbes, figure de l’islamisme radical, a touché près de 20 000 € de l’État

Publicité