Un garagiste a sauvé la vie d’un nourrisson, ce jeudi, sur une aire d’autoroute du Midi-Pyrénées. Ancien légionnaire, il a pratiqué un bouche-à-nez sur le bébé inanimé âgé de seulement un mois.

Dans une station-service du Midi-Pyrénées, un garagiste et ancien légionnaire a sauvé la vie d’un nourrisson, retrouvé inanimé dans une voiture, en pratiquant un bouche-à-nez.

La mère, accompagnée de la grand-mère du bébé, se sont arrêtées à une station-service sur une autoroute entre Toulouse et Narbonne, afin de faire le plein d’essence. La mère a alors retrouvé son enfant, âgé d’un mois, inanimé à l’arrière de sa voiture. "La grand-mère était descendue prendre du carburant. Soudain, la maman est sortie de la voiture en hurlant : "elle ne respire plus". Son bébé était bleu", a expliqué Laurence Martinez, propriétaire du garage et de la station-service avec son mari, Pascal.

"La maman, choquée et affolée, ne voulait pas me donner le bébé et le serrait dans ses bras. J’ai allongé la petite sur une veste par terre et je l’ai ventilée pendant au moins dix minutes", a déclaré à son tour Pascal Martinez, un homme de 50 ans. "Au bout d’un certain temps qui m’a paru très long, elle a recommencé à respirer très difficilement. Pauvrette... J’ai continué à stimuler ses extrémités, les mains, les pieds. J’ai un passé qui m’a peut-être aidé. Je suis retraité militaire de la Légion. Ce sont des choses que l’on apprend", a ajouté le garagiste.

Les dix premières minutes ont été cruciales

"Il faut féliciter ce garagiste qui a démontré un grand sang-froid. On peut penser que grâce à son action tout à fait adaptée, l’enfant âgée d’un mois a pu être sauvée", a précisé le chef de service du Samu de Toulouse, Jean-Louis Ducassé.

Publicité
Le bébé a probablement "fait un malaise très grave au cours d’une tétée, à cause d’une "fausse route alimentaire", quand les aliments ne passent pas au niveau de l’oesophage mais au niveau de la trachée", a expliqué le Samu.

Le garagiste et ancien légionnaire s’est vu félicité par les pédiatres du Samu. Ces derniers ont précisé que "ce sont les dix premières minutes qui sont cruciales".

Publicité
Publicité