L’expulsion d’Ahmed Sahnouni El Yaacoubi a été motivée par le fait qu’il serait à l’origine de la radicalisation de plusieurs de ses codétenus en prison.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a annoncé l’expulsion mardi d’un djihadiste marocain depuis la France jusqu’à son pays d’origine. Condamné pour terrorisme, Ahmed Sahnouni El Yaacoubi avait été déchu en mai 2014 de sa nationalité française. En cause : cet homme qui avait obtenu la nationalité française en 2002 serait à l’origine de la radicalisation de plusieurs de ses codétenus en prison. Il s’agissait alors de la première dénaturalisation depuis 2007. Depuis, rien qu'en 2015, 17 expulsions en lien avec une activité terroriste ont déjà été prononcées.

A lire aussi - Daech : découvrez le surprenant profil de son fondateur

Il était considéré comme l'un des cerveaux d'Al-Qaïda

Publicité
Né au Maroc, Ahmed Sahnouni El Yaacoubi a fait ses armes dans des camps d’entrainement talibans. Considéré comme l’un des cerveaux d’Al-Qaïda, il a également dirigé une filière de recrutement à travers laquelle il envoyait des hommes combattre en Afghanistan, en Irak ou en Somalie. Arrêté en 2010 à Paris, il serait depuis à l’origine de la radicalisation de plusieurs codétenus. La procédure d'expulsion a été prononcée "compte tenu de la menace particulièrement grave que faisait peser sur la sécurité publique le maintien de cet individu sur le sol français".

Le ministre de l’Intérieur a par ailleurs précisé dans un communiqué que d’autres expulsions "interviendront prochainement".

 

En vidéo sur le même thème - Surveillance des jihadistes: le travail de l'ombre des services de renseignements français