Un prisonnier qui s’est radicalisé depuis son incarcération est en cavale depuis huit jours. Il n’est jamais revenu d’une permission de sortie.

Un détenu du centre pénitentiaire de Meaux-Chauconin en Seine-et-Marne est en fuite depuis le dimanche 20 septembre. L’homme, condamné pour des vols avec arme et des vols avec violences, n’est pas rentré d’une permission de sortie, selon la Chancellerie. "Il avait déjà bénéficié par le passé de permissions de sortie qui s'étaient déroulées sans problème", a ajouté cette source. Le ministère de la Justice a fait savoir dimanche qu’un mandat d’arrêt avait été émis à l’encontre de l’évadé.

Depuis son incarcération, ce prisonnier a "été identifié comme ayant une pratique de plus en plus assidue de la religion", selon une source proche de l’affaire. L’établissement pénitentiaire avait signalé cette radicalisation. Selon un article du Point, il s'agissait de Jérémy Bailly, un membre présumé du groupe terroriste de Torcy-Cannes.

A lire aussi - Grasse : Un détenu "radicalisé" s'enfuit du tribunal juste avant le délibéré

Une information démentie par la Chancellerie

Publicité
La Chancellerie a rejeté les accusations du député Les Républicains des Alpes-Maritimes Eric Ciotti. Ce dernier critiquait dans un communiqué le dysfonctionnement de la justice qui aurait donné une permission de sortie à un "individu considéré comme la tête pensante du groupe terroriste de Torcy-Cannes" démantelé en 2014. Le détenu qui s’est échappé "n'est pas Jérémy Bailly, qui ne bénéficie d'aucune permission de sortie", a affirmé la Chancellerie, démentant ainsi l’information donnée par Le Point.

Vidéo sur le même thème - Extrait 7 à 8 : "La prison est un foyer de radicalisation"