Il pourrait s’agir d’un nouveau rebondissement dans la tuerie de Chevaline. L’ex-légionnaire, déjà interrogé par la police et qui s’est suicidé en juin dernier, serait considéré comme un "vrai suspect" par les enquêteurs. 

Cela pourrait être une nouvelle piste dans l’affaire de la tuerie de Chevaline. Le 5 septembre 2012, trois membres de la famille Al-Hilli ainsi qu’un cycliste, Sylvain Mollier, ont été abattus au bord d’une petite route forestière des Alpes. Ce quadruple assassinat n’a jamais été élucidé.

A lire aussi -Tuerie de Chevaline : longtemps privilégiée, la piste du motard s'écroule

Le journal The Mirror révèle une nouvelle piste. Patrick Menegaldo, un ex-légionnaire interrogé il y a trois ans comme simple témoin par les policiers et qui s’est suicidé en juin dernier, serait le suspect numéro 1 pour les enquêteurs. L’homme avait laissé une note écrivant ne plus supporter les soupçons pesant sur lui.

L’article du journal britannique cite Eric Maillaud, le procureur d’Annecy : "Nous avons un vrai suspect. Je parle du légionnaire d'Ugine (...) L’hypothèse privilégiée par les enquêteurs est celle d’un meurtre aux racines locales". 

"Un homme isolé et perturbé"

Par ailleurs, Patrick Menegaldo était une connaissance de la compagne du cycliste. L’homme était décrit comme isolé et perturbé. Mais c’est surtout son profil qui intrigue les enquêteurs. "Nous parlons ici d’un ex-soldat endurci, habitué au maniement des armes, disant soudainement qu’il ne pouvait supporter d’être considéré comme un suspect", déclare Eric Maillaud, toujours cité par The Mirror. "Se pourrait-il que ce soit lui ? A-t-il regretté ses actions par la suite et pris sa propre vie ? (…) Il avait les capacités techniques de commettre ce qui a été commis ce jour-là".

Aucun élément tangible

Néanmoins, aucun élément tangible ne vient étayer cette nouvelle piste. L’ADN de Patrick Menegaldo ne se trouvait pas sur la scène de crime et son interrogatoire s’était déroulé sans problème.

Publicité
Contacté par Europe 1, Eric Maillaud a démenti que le l’ancien légionnaire était le suspect numéro 1 du quadruple assassinat : "J’ai simplement dit que ce suicide m’intriguait, mais pas que son auteur pouvait être considéré comme un suspect". 

Vidéo sur le même thème : Tuerie de Chevaline : le rappel des faits