Une ingénieure américaine de 22 ans a participé à une campagne de promotion de son entreprise il y a quelques mois. Mais des messages sexistes reçus sur les réseaux sociaux l’ont obligée à protester publiquement.

Isis Wenger, une jeune ingénieure californienne a récemment participé à une campagne publicitaire avec ses collègues pour l’entreprise pour laquelle elle travaille : onelogin.com. Des affiches de promotion ont été affichées dans les transports de San Francisco et diffusées sur les réseaux sociaux. Sur l'une d'elles on peut voir un de ses collègues poser avec un chapeau haut de forme et des lunettes de soleil. Mais c’est l'affiche sur laquelle Isis Wenger a posé qui a attiré l'attention et qui lui a valu aujourd'hui ce genre de reflexions : "Je crois qu’ils cherchent à attirer les femmes, mais cette pub attire surtout les hommes ", "qui peut vraiment croire qu’une ingénieure ressemble à ça ?".

Une histoire qui a fait le tour du monde

Face à ce déferlement de réactions, Isis Wenger n'est pas restée silencieuse et a posté un billet sur le site Médium avec une photo dans laquelle elle tient une pancarte où il est inscrit "j'aide à construire des logiciels pour les entreprises". Elle s'y décrit comme une femme autodidacte, introvertie et scientifique. Elle explique également qu’elle n’avait pas pour ambiton d’attirer l’attention sur elle. Par ailleurs, elle profite de ce message pour raconter des episodes sexistes qu’elle a dû subir au sein même de son entreprise : "un homme m’a jeté des billets sur le visage au bureau".

La jeune femme insiste sur le fait qu’elle ne pense pas que ces hommes soient de mauvaises personnes car pour notre société ils sont "normaux". Pour changer les mentalités, elle a crée un site Internet "ilooklikeanengineer.com" dans lequel elle invite les femmes à raconter leurs expériences similaires.

Publicité
Son histoire a également été relayée sur Twitter à travers  le hashtag du même nom que son site. Beaucoup de femmes ont posté des photos d’elles comme Isis Wenger à la fin de son billet. Des femmes de la Silicon Valley ont elles aussi participé au mouvement lancé sur les réseaux sociaux comme Tracy Chou, ingénieure dans l’entreprise Pinterest qui est à l’iniative d’une grande enquête participative sur le nombre de femmes dans les entreprises liées aux nouvelles technologies.  Le résultat de cette enquête a permis de savoir que sur 180 entreprises, les femmes ingénieures ne représentaient jamais plus de 20%.

 

 

D’après une étude d l’Université du Wisconsin, aux Etats-Unis près de 40% des femmes ingénieurs finissent par quitter le secteur.

Vidéo sur le même thème : "Pour les hommes une femme en mini-jupe est une femme offerte" Marie-Anne Soubré 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité