Alors que la polémique sur l’interdiction du travail dominical enfle de plus en plus, il est difficile de comprendre les fondements d’une loi vieillissante, datant de 1906.

Ce dimanche, malgré l’interdiction du tribunal de commerce de Paris, les enseignes Castorama et Leroy Merlin ont décidé de laisser leurs portes ouvertes. Alors qu'une bonne partie de leurs salariés a exprimé sa volonté pour travailler le dimanche, les entreprises ne comprennent pas cette interdiction liberticide. Mais d’où vient cette législation sur le travail dominical ? Tout d’abord, cette interdiction découle de notre héritage chrétien. Du Moyen-âge jusqu’à l’Ancien Régime, la population devait obligatoirement se rendre à la messe tous les dimanches. Un an après la loi sur la séparation de l’Eglise avec l’Etat en 1905, c’est le gouvernement de Ferdinand Sarrien qui instaure une loi sur le travail dominical, le 13 juillet 1906. Ce gouvernement républicain pur et dur voulait faire évoluer la société française, notamment au niveau de sa santé et de son bien-être. Cependant, la loi ne prendra réellement effet qu’après la première guerre mondiale en même temps que la journée de 8 heures, en 1919.

Des dérogations depuis plus d’un siècle

Publicité
Depuis cette loi de 1906, les gouvernements successifs autorisent des dérogations. Au début du XXème siècle, il était très simple pour un commerçant de demander une autorisation d’ouverture le dimanche au préfet. Cette loi, toujours en cours, privilégie notamment les hôpitaux, les hôtels, les restaurants, certaines entreprises industrielles et plus étonnant, les magasins de jardinage mais pas de bricolage. Ainsi, des enseignes comme Bricorama ou Leroy Merlin sont hors-la-loi durant le jour du seigneur et ce, depuis des lustres.En 2009, la loi Châtel a été votée pour permettre plus de dérogations. Des périmètres d’usage de consommation exceptionnelle (PUCE) ont été crées pour permettre à des endroits touristiques comme Paris d’avoir des magasins ouverts le dimanche. Voilà pourquoi un magasin d’une même enseigne peut être ouvert le dimanche dans une ville et fermé dans une autre.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

6 commentaires

    Le repos dominical a ses

Portrait de motard 46

    Le repos dominical a ses racines religieuses anciennes. Le monde tourne, la société également, les gens vivent différemment et ont d'autres besoins. Les religions n'ont forcément pas suivit, les pieds dans le béton et le sang sur les mains en plus. La société marchande, de libres servives de concurence est là, alors laissons des choix, des libertés.Vous voulez prendre une mesure intelligente et constructive les syndicats ? Je sais, vous n'avez pas forcément l'habitude, mais si vous voulez défendre les salariés voici une piste de travail : Imposez à vos amis du gouvernement ( Monsieur Sapin en tête) le coût horaire doublé du travail dominical, accompagné d'un repos compensateur ! Suivant les branches le coût varie de 0 %, + 10 %, + 50 %  à + 100% et les droits au repos suivant l'humeur et le bon vouloir. Celà préviendra des abus, du chantage et assurera une justice. Et par pitié, fichez la paix aux volontaires !

Votez pour ce commentaire: 

Lorsque tout le monde pourra

Portrait de mycki

Lorsque tout le monde pourra (devra !) travailler le dimanche, la paye sera identique à celle de la semaine ! Où sera le bénéfice ?

Voir mon post du 1er octobre à 9h52.

Votez pour ce commentaire: 

Selon Sarko : travailler plus

Portrait de Mylilou

Selon Sarko : travailler plus pour gagner plus !!  faudrait savoir (à part faire 15 heures par jour) mais bon pour la santé et le bien être on y repassera. Quand au jour du Seigneur, les gens s'en fichent complètement. Moralité, si les gens ont envie de travailler le dimanche ça regarde personne, surtout pas le gouvernement, vu les fraudes et les mises en examen de ses têtes pensantes.

Votez pour ce commentaire: 

Non au travail du dimanche!

Portrait de Antonio5056

Morineau Maurice retraité de l'Education Nationale et demeurant à 50000 ST-LO

Non au travail du dimanche! Non à la précarité! Exigeons le maintien du repos dominical. Le dimanche,c'est pour nous. Exigeons :le smic à 1700 euro net,la revalorisation des salaires,pensions et allocations. Exigeons la taxation des revenus du capital. Morineau Maurice snuippfsu50 retraité

Votez pour ce commentaire: 

Notre société, dite des

Portrait de a.raf

Notre société, dite des loisirs et de l'assistanat, dans laquelle le travail n'est plus une valeur, semble donner le droit à nos dirigeants de régenter nos vies privées, de dire ce qui est bon pour nous et nos familles respectives, de préférer, comme ils le font eux mêmes, "partir en villégiature" plutôt que de travailler afin de n'avoir plus à choisir entre se nourrir ou se soigner, par exemple. Nos dirigeants, élus et pseudos intellectuels, ignorent ce que sont nos fins de mois et ne comprennent pas cette volonté de travailler tout un dimanche pour 140 euros ! ils nous donnent des leçons d'éducation familiale alors qu'ils se goinfrent avec nos impôts et avantages divers, dont les indemnités qu'ils reversent à leurs propres familles ! Il y en a assez de ces parasites qui prétendent nous dire ce qui est bon pour nous, de ces syndicalistes professionnels qui n'ont plus aucun contact direct depuis longtemps avec le monde du travail et ces "petites gens" qui comptent chaque piécette..... Nous voulons travailler et vous devriez vous en réjouir, quand nous le voulons. 

Votez pour ce commentaire: 

Les ouvriers et employés

Portrait de mycki

Les ouvriers et employés devraient davantage se méfier des propositions qui ont l'agrément du Medef : ce sont souvent celles qui, sous couvert de satisfaire le salarié, finissent par lui être néfastes.

Dans le cas présent, la différence de salaire entre ceux qui travaillent le dimanche et ceux qui ne travaillent pas le dimanche finira par disparaitre le jour où tout le monde pourra travailler le dimanche ! Pourquoi, en effet, rémunérer plus ce qui sera devenu normal ? D'autre part, lorsqu'il sera devenu légal et habituel de travailler 7 jours sur 7, je doute que ce soit le salarié qui décidera lui-même s'il travaille ou non le dimanche !

Votez pour ce commentaire: 

Publicité