Pour Ayoub el-Khazzani, il ne s’agissait pas d’une attaque terroriste mais d’un "simple" braquage qui aurait mal tourné. Il se dit surpris par ailleurs de la tournure des évènements.

Le terroriste présumé de l’attaque du Thalys vendredi dernier, le Marocain Ayoub el-Khazzani, a livré aux enquêteurs sa version des faits.

Alors que ce dernier a été transféré dans les locaux de la sous-direction anti-terroriste à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), il a déclaré aux enquêteurs qu’il n’était pas un terroriste et qu’il avait encore moins l’intention de commettre un attentat.

Pourtant armé d’une Kalachnikov et de neuf chargeurs ainsi que d’une arme blanche, le Marocain a dit vouloir rançonner les passagers du train lors d’un braquage.

"Cela le ferait presque rigoler…"

Aussi, selon Le Parisien, ce dernier s’est dit "extrêmement" surpris de la tournure des évènements. "Il ne comprend pas pourquoi cette histoire a pris une telle ampleur, a expliqué son avocate. Lui dit avoir voulu rançonner les passagers de ce Thalys et rien d’autre. Il nie toute dimension terroriste à son geste. Cela le ferait presque rigoler…" 

Publicité
Par ailleurs, Ayoub el-Khazzani dit avoir trouvé son arsenal dans un parc, près de la gare de Bruxelles, en Belgique, où il dormait depuis qu’il était devenu sans domicile fixe après s’être fait voler ses papiers dans la capitale belge. "Il dit que la kalachnikov n'a pas fonctionné et qu'il a été maîtrisé immédiatement, sans qu'un coup de feu ne parte. Pour lui, il n'y a pas eu de coup de feu, il ne s'est rien passé, a ajouté son avocate. Je lui explique qu'il y avait des blessés, il tombe des nues, véritablement." 

Vidéo sur le même thème : La garde à vue d’Ayoub El-Khazzani pourrait se prolonger jusqu’à 96 heures

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité