Terroristes ou feignasses débiles ?

Quelle est la principale faute des terroristes ? La paresse intellectuelle.

Selon moi, c'est cela qu'il faut clamer à temps et à contretemps. Les appeler des djihadistes est une erreur historique et psychologique. Le véritable djihad est d'abord une lutte contre soi-même, contre ses propres insuffisances. Le terroriste est exactement à l'opposé de cette démarche.

Le terroriste a beaucoup reçu : l'affection de ses parents, le soutien matériel de la société. Que donne-t-il en retour ? Rien. C'est même pire : il sème la mort, la souffrance, la douleur.

Le terroriste connaît-il les bases de la religion musulmane ? Non. Quant à l'essentiel, toutes les sourates, sauf une qui est encore plus explicite, commencent par la même invocation : "Au nom de Dieu Clément et Miséricordieux". Tout en précisant que le texte arabe originel est encore plus affirmatif sur l'essence d'Allah : l'amour ! Le terroriste est évidemment exactement aux antipodes de cette attitude basée sur la compassion.

Quant aux annexes historiques, Mahomet a d'abord voulu prêcher une religion d'amour : ne dites pas le contraire si vous n'êtes pas suffisamment informé. Ensuite, devant l'hostilité et la mauvaise foi de certains de ses contemporains, Mahomet a dû se battre. Jésus-Christ, lui aussi, a eu une évolution analogue, notamment vis-à-vis de ses compatriotes de Nazareth et des pharisiens : "Race de vipères ! Sépulcres blanchis !". Sans parler des vendeurs chassés du Temple. Il est vrai que Jésus ne fut jamais un chef de guerre : au contraire, sa fin de vie est un modèle de non violence.

Redisons aussi que, au Moyen Âge, le monde musulman était à la fois prolifique intellectuellement et beaucoup plus ouvert et tolérant que le monde chrétien.

Le samedi 20 août, dans un discours à la nation, le roi du Maroc condamne les terroristes en s'appuyant sur un argumentaire solide : c'est ce type de message qu'il faut approuver et relayer.

L'ignorance ne saurait être une excuse, surtout quand on prétend dicter ses règles de vie au reste du monde. Le terroriste est donc d'abord une feignasse débile. Mais, si Dieu ou Allah existe, il y a encore plus grave. Le terroriste prétend agir au nom d'Allah alors que ses actes sont exactement ce que Allah déteste le plus. J'ai récemment dit que je ne croyais pas à l'enfer définitif, mais, dans le cas du terrorisme, la compassion d'Allah est mise à rude épreuve. C'est bien plus que Charlie ou le Bataclan que l'on a blessé, c'est le cœur d'Allah.

Alors, comme l'affirme Mohammed VI, pour les terroristes, l'enfer est-il définitif ? 

En vidéo sur le même thème : Mohammed VI à Paris : "Après les attentats du 13 novembre, il fallait arrêter de jouer"

Publicité