Deux Niçoises de 17 et 18 ans ont été interpellées mi-septembre à Nice alors qu'elle projetaient de commettre un attentat. Dans le même temps, deux Cannoises radicalisées ont été appréhendées.

Elles étaient visiblement prêtes à passer à l'acte. Comme l'a révélé dimanche Le Parisien, Soraya*, 19 ans, et Eve*, 17 ans, ont été interpellées à la mi-septembre par la DGSI. Elles étaient en contact avec Rachid Kassim, un djihadiste roannais parti en Syrie.

Soraya, lycéenne en terminale technologique, serait entrée en contact avec lui par la messagerie cryptée Telegram. Quant à son amie Eve, une mineure de 17 ans convertie à l'islam, elle lui aurait fourni le lien vers la chaîne de discussion cryptée où Rachid Kassim encourage les Français à passer à l'acte. 

Elles ont renoncé à leur projet après l'attentat à Nice

"On est face à deux jeunes filles dont le degré d’embrigadement pouvait une nouvelle fois faire craindre le pire", a confié un enquêteur au Parisien. Devant les enquêteurs, les deux jeunes filles ont admis être en contact avec Rachid Kassim et avoir évoqué un projet d'attentat avant de renoncer face à la "pression" et le choc provoqué par l'attentat du 14 juillet à Nice. Elles ont été placées en détention provisoire.

A lire aussi Attentat de Nice : l’incroyable témoignage du "héros au scooter"

Contrairement à Eve, Soraya était déjà connue des services de renseignement. Le 21 novembre 2014, elle avait été mise en examen dans le cadre du démantèlement de la filière jihadiste niçoise organisée par Omar Diaby. 

Deux Cannoises interpellées en même temps

Dans le même temps, on apprend que deux jeunes femmes originaires de Cannes ont été, à leur tour, interpellées à la mi-septembre dans le cadre d'une autre affaire, indique Nice Matin.

Publicité
Il s'agit d'une Cannoise de 17 ans qui avait fugué du foyer où elle était placée pour rejoindre l'Alsace, accompagnée d'une jeune cannoise radicalisée qui avait séjourné en Syrie. Cette jeune majeure a été la compagne du djihadiste alsacien Oumar Diaw, avec qui elle aurait eu un enfant.

Aucun projet d'attentat ou de départ en Syrie n'ayant pu être clairement établi, la jeune fugueuse a réintégré son foyer cannois. Son aînée a, en revanche, été placée en détention.

* Les prénoms ont été changés.

Vidéo sur le même thème : Projet d’attentat déjoué en France : trois femmes arrêtées

Publicité