Le journal d’extrême droite Minute sera prochainement cité à comparaître au tribunal correctionnel de Paris pour avoir comparé la ministre Christiane Taubira à un singe sur sa Une en 2013.

©AFP

"Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane". Voici la Une du journal d’extrême Minute le 13 novembre 2013. Un choix éditorial qui avait alors relancé la polémique autour des attaques racistes dont a été victime la ministre à plusieurs reprises depuis le début de son mandat. Une plainte avait ensuite été déposée par trois associations de lutte contre le racisme (SOS racisme, Licra et Mrap) et le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire. Près de six mois après, ce dernier a fait savoir que Minute sera prochainement cité à comparaître au tribunal correctionnel. Sans toutefois préciser la date exacte de sa comparution.

"La satire n’est pas un délit"Reconnaissant une couverture de "mauvais goût", Jean-Marie Molitor, le directeur du journal d’extrême droite s’était cependant défendu de toute forme de racisme en novembre dernier. "Nous ne sommes pas du tout racistes", avait-il déclaré. "La satire n'est pas un délit", avait-il également fait valoir.

Publicité
Une élue FN exclue du parti à cause d’un photomontageQuelque temps avant que Minute ne publie cette Une, Christiane Taubira avait également été comparée à un singe par une ex-tête de liste FN aux élections municipales de mars dernier. Sur sa page Facebook, Anne-Sophie Leclerc avait publié un photomontage comparant la garde des Sceaux à un primate. Un choix qu’elle avait ensuite assumé dans l’émission "Envoyé Spécial" du 17 octobre et qui lui a en ensuite valu d’être exclue du parti de Marine Le Pen début décembre. "Le Front national, par cette décision de principe, réaffirme sa plus grande fermeté à l'égard d'opinions contraires aux valeurs qu'il défend", avait alors annoncé le FN.

Vidéo sur le même thème : ouvert d'une enquête judiciaire après la Une de Minute comparant Taubira à un singe