Si le prix de l’essence a plutôt tendance à augmenter, le nombre de stations-service, lui, diminue. C’est en effet le constat récemment effectué par la Fédération nationale de l’artisanat automobile (Fnaa) qui craint une "désertification" dans certaines régions.

La France risque-t-elle d’être à sec ? Citant une étude de l’administration, la Fédération nationale de l’artisanat automobile (Fnaa) a en effet averti ce mardi que le nombre de stations-service ne cesse de diminuer sur l’Hexagone. Craignant une véritable "désertification" des stations-essence, elle a par ailleurs précisé que ce phénomène ne touche pas uniquement les campagnes mais gagne également la capitale.

871 "stations ultimes"Selon la Fnaa, près de 300.000 personnes n’auraient pas la possibilité de faire le plein à moins de 10 minutes en voiture de leur domicile, et quelque3,6 millions de Français supplémentaires pourraient prochainement se retrouver dans la même situation si la station la plus proche de chez eux actuellement venait à fermer. Forte de ces chiffres, la Fédération a également prévenu que l’administration de l’aménagement du territoire a d’ores et déjà recensé 871 stations dites "ultimes" dont la disparition "plongerait les automobilistes, les entreprises et les services publics géographiquement concerné dans un dangereuse situation de désertification". Toujours d’après la Fnaa, un quart de la population doit accomplir plus de 5 kilomètres en moyenne pour atteindre une première station et dans 38 départements français, l'automobiliste doit rouler "de 15 à 38 minutes" pour en trouver une seconde. "Si rien n’est fait", Paris et sa petite couronne pourraient ne plus compter que 39 stations en 2020, contre 122 à l’heure actuelle et 137 en 2010.

Publicité
La faute aux normes environnementales ?La Fnaa estime par ailleurs que ce manque de stations-service sur la carte de France est dû à l’obligation pour ces commerces de se soumettre, avant le 31 décembre de cette année, à des normes environnementales contraignantes. Et alors que toutes les stations-essence n’auraient pas les moyens d’effectuer les travaux nécessaires pour être aux normes, la Fédération considère que 1.600 d’entre elles pourraient mettre la clé sous la porte d’ici la fin de l’année. Et alors que près de 250 stations ferment tous les ans en France, la Fnaa rappelle que les stations de supermarché et d’hypermarché vendent jusqu’à 60% du carburant. 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publiez votre commentaire

4 commentaires

Régles drastiques imposées

Portrait de guillaumetell

 Régles drastiques imposées par les grands groupes avec la complaisance de nos politiques: et des technocrates de Bruxelle, nouvelles normes sur les pompes à essence égales des prix exorbitants pour les petits distributeurs .C'est de même avec les petits magasins d'alimentation qui recoivent des mêmes plateformes de distributions, les mêmes produits que les grandes surfaces; ceux ci sont facturés aux petits commerçants plus chers que le prix de vente des grands magasins, ce qui entraine la désertification oui !!!!! fermeture des commerces de proximités dans les villages, taxations plus importantes de notre politique actuelle, nos villages se vident de leurs habitants voir le nombre de maisons fermées ou mises en ventent dans nos régions,accroissement des populations dans les grandes villes , Dans un demi siécle il ne restera plus que des métropôles..Avec les logements insalubres des grands ensembles avec les conséquences que l'on ne gére plus: banditisme, incivilisme , ...... 

Votez pour ce commentaire: 

Ça fait longtemps que les

Portrait de pascalp29

Ça fait longtemps que les pouvoirs publics font tout ce qu'ils peuvent pour privilégier les grandes surfaces. Pendant les années 80, en pleine guerre des "rabais", Rocard avait dit qu'il y avait 10 000 "parasites" à faire disparaître; il parlait des pompistes indépendants: on voit le résultat de la volonté politique et des contraintes imposées par Bruxelles! Des emplois ont disparu et les automobilistes se sont fait b.....er une fois de plus. Pour d'obscures raisons environnementales, on fait parcourir plus de kilomètres pour faire le plein: où est l'économie?

Votez pour ce commentaire: 

LA FAUTE A QUI ? VOUS LES

Portrait de PLONGE63

 LA FAUTE A QUI ? VOUS LES AUTOMOBILISTES  .Qui preferez aller dans les stations de grandes surfaces sous pretexte que le carburant est moins cher .Savez vous qu 'une petite station employe  au moins 2 personnes multipliez par le nombre de stations qui ferment en france et vous verrez que le chiffre de chomeurs en plus est catastrphique ALORS AUTOMOBILISTES REVEILLEZ VOUS pensez au commerce local et a l'emploi peut etre de vos enfants

Votez pour ce commentaire: 

Il est inadmissible que l'on

Portrait de max84300

"Avec la diminution de la population, le travail deviendra moins précaire" (futur empereur du Japon)

"La multiplication des emplois ne passera que par la multiplication des employeurs"

Il est inadmissible que l'on pousse les garagistes à se délocaliser dans des zones artisanales loin des centre-villes ! Eux, avaient souvent ces pompes et il devrait être créé un quota de stations en ville, exactement comme les pharmacies ! De +, ces zones regroupent absolument TOUS les concessionnaires, donc si on arrive de l'autre côté de la ville, aucune réparation, ni plein de carburant possible ! 

Votez pour ce commentaire: 

Publicité