Le Conseil d'Etat a annoncé l'autorisation, sous réserve d'un accord entre les différents acteurs éducatifs, du port du voile par les accompagnatrices de sorties scolaires.

Les mères voilées qui souhaitent accompagner leurs enfants en sortie scolaire ne sont pas soumises à la neutralité réligieuse, a décidé ce lundi le Conseil d'Etat. Fin septembre, le défenseur des droits, Dominique Baudis, avait saisi l'instance.

Dans une étude publiée aujourd'hui, le Conseil d'Etat explique que : "Les exigences liées au bon fonctionnement du service public de l'éducation peuvent conduire l'autorité compétente, s'agissant des parents qui participent à des déplacements ou des activités scolaires, à recommander de s'abstenir de manifester leur appartenance ou leurs croyances religieuses".

Licenciement pour "faute grave"

En novembre 2010, une polémique a éclaté lorsque la directrice de l'école élémentaire Joséphine-Baker de Pantin (Seine-Saint-Denis) avait refusé qu'une mère de famille voilée participe à une sortie scolaire organisée par son établissement. Le ministre de l'Education nationale de l'époque, Luc chatel, se réfère alors à son prédécesseur, Xavier Darcos, qui déclarait en août 2008 que "la loi de 2004 qui interdit le port de signes religieux ne s'étend pas aux parents d'élèves intervenant bénévolement dans le cadre du service public de l'enseignement".

En mars 2011, Luc Chatel retourne sa veste. "Lorsqu'on accompagne des élèves en sortie, on participe au service public d'éducation. Cela implique les mêmes devoirs que ceux que l'on exige des personnels de l'éducation nationale", annonce-t-il au Parisien.

Publicité
La cour d'appel de Paris a confirmé, le 27 novembre dernier, le licenciement "pour faute grave" d'une salariée d'une crèche privée à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines). Avant de se faire licencier, la salariée avait déclaré, début décembre 2011, qu'elle porterait le voile dès son retour de vacances.

En vidéo sur le même thème : polémique autour du voile à l'école