Le procureur de la République d’Amiens a tenu une conférence de presse cet après-midi. Il a livré les informations dont disposent les enquêteurs.

"Tout a commencé par des coups de feu dans la caravane et sur la caravane", explique le procureur. Les enquêteurs ont évalué une trentraine de tirs. Après avoir tiré, il a mis le feu à sa caravane. C’est à ce moment là qu’il a vu les gendarmes "il a fait feu d’abord sur des véhicules de gendarmerie, puis sur les gendarmes eux-mêmes". "Il y a eu un incendie en ville peu avant mais on ne sait pas si c’était lui", a ajouté le procureur, Bernard Farret.

"L’auteur des faits, âgé de 73 ans, a  pu être placé en garde à vue ce matin à 10h. Il a refusé de s’expliquer sur les faits", selon le magistrat mais il refuse de parler invoquant "son droit au silence". Il avait 2,28g d’alcool par litre de sang. Il ne faisait pas parti de la communauté des gens du voyage, il n’était pas forain. "Pas de lien familial entre les victimes et le tireur", explique le procureur, il vivait simplement dans une caravane. Il n’a "aucun antécédent judiciaire", a précisé Bernard Farret.

Le deuxième enfant dans un etat stationnaire

Le procureur a annoncé qu’il y avait apparement eu une altercation avec la famille il y a un an mais qu’ "aucune procédure n’a été entreprise" à l’époque.

A lire aussi - Gens du voyage: la folie meurtrière à Roye demeure une énigme

Publicité
Concernant le fusil de chasse utilisé pour tuer une jeune femme de 19 ans, son bébé, son beau père et un gendarme : "L’auteur des tirs n’avait pas besoin d’une autorisation de détention d’arme, il a utilisé un fusil de chasse".

Le gendarme légèrement blessé est sorti de l’hôpital. Le deuxième enfant est hospitalisé au CHU d’Amiens dans un état stationnaire.

Vidéo sur le même thème - Cazeneuve sur la fusillade à Roye : "J'ai vu une famille effondrée, brisée, sous le choc"