Le magazine "Les Inrocks" vient de révéler, vidéos à l’appui, plusieurs séminaires où des employés de la banque française font preuve de cynisme et s’amusent d’arnaquer des gens.

Voilà qui ne va sûrement pas plaire à la Société générale… Dans le cadre de son enquête sur l’affaire Kerviel, Les Inrocks vient de publier une série de vidéos des soirées des traders de la banque française dans lesquelles ceux-ci s’amusent de l’impunité dont ils font l’objet.

"Elle est où la marge ? Ici, non. Ici, non… Elle est dans ma poooche"

Les images ont été filmées et projetées entre 2005 et 2007 – soit un an avant que n’éclate l’affaire Kerviel – lors des séminaires de la banque dans un Club Med de Djerba (Tunisie), à Deauville (Normandie) ou dans la salle des marchés du siège de la Société générale, à La Défense (Paris). Elles parodient le quotidien des banquiers et le sentiment d’impunité qui caractérise la finance des années 2000 avant que n’éclate la crise financière de 2008.

Sur la vidéo, on peut voir "des supérieurs hiérarchiques directs" de Jérôme Kerviel élire le meilleur "truffeur" de l’année, c’est-à-dire le meilleur arnaqueur. Un homme déguisé en "Brice de Nice" joue au bonneteau. Les trois gobelets sont des produits financiers, et le bouchon, c’est la marge. "Elle est où la marge ? Ici, non. Ici, non… Elle est dans ma poooche." Un sketch qui a fait éclater de rire la salle et qui se termine par une autre séquence au cours de laquelle un homme, déguisé en mafieux, chante "Comme d’habitude, je vais te truffer, comme d’habitude, je vais encaisser."

"Au summum, on prend des risques au-dessus des lois…"

Dans une autre vidéo, on peut voir un groupe d’hommes vêtus comme des racailles s’introduire dans les locaux à La Défense en sautant par-dessus les tourniquets de sécurité. Derrière, la bande-son reprend une chanson du groupe 113 en détournant les paroles : "Au summum, on prend des risques au-dessus des lois, on mise tout, si un bon client se présente, on tente tout, au maximum jusqu’au bout."

Publicité
Enfin, la vidéo se finit par une fausse intervention de la direction des risques qui trouve des traders ivres à leur bureau et qui leur demandent où sont leurs analyses de risque. "Tu sais qui je suis ? Tu sais, ma dernière analyse de risque, quand elle est sortie, ce truc-là [en parlant d’un alcool, Ndlr], il n’était pas encore en bouteille", répond un employé éméché.
Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité