1021. C’est le nombre de jours de retard que cumule la SNCF sur l’ensemble de ses lignes. Mais le plus heurtant réside dans le fait que ce chiffre abyssal – près de trois ans  –  a été atteint en seulement un semestre. Explications. 

Si tant est que la société ferroviaire peut se vanter de nombreuses qualités, la ponctualité n’apparaît malheureusement pas dans la liste. Au grand dam de ses usagers, dont le mécontentement, face au nombre invraisemblable de retards et autres soucis techniques, continue de grandir. 

C’est un site internet, www.untrainderetard.com, qui a révélé le chiffre. Monté par un groupe d’informaticiens usagers du réseau ferré, le concept du site consiste en une addition des différents retards de plus de 5 minutes communiqués officiellement par la SNCF.  En comptabilisant tous les retards cumulés des TGV, Corail, TER et Lyria (le TGV vers la Suisse), le site affiche un total ahurissant de 488 jours et 17 heures de retard sur une moyenne quotidienne de 553 retards de trains, et ce pour le seul premier trimestre 2013. Le second trimestre empire, avec 532 jours et 17 heures. Au total, c’est presque trois ans de retard pris par la SNCF, en un seul et unique semestre. Les créateurs du site assurent que les données traitées ne proviennent que des deux sites de renseignements officiels de la compagnie, www.infolignes.com et www.gares-en-mouvement.com. Les statistiques révèlent d’ailleurs que pas moins d’une centaine de TGV sont en retard chaque jour, et que le TER est le train le plus fiable, avec seulement 7% de retard. 

Les problèmes sous-jacents 

Plus qu’un gadget amusant, le site www.untrainderetard.com constitue un véritable outil pour ses utilisateurs, et semble animé par deux mots d’ordre : prise de conscience, et défense des droits des usagers. Ces derniers, souvent trop peu informés, ne sont en effet pas en mesure de se manifester afin d’obtenir quelconque dédommagement. C’est pourquoi le site propose un service permettant de déterminer si l’utilisateur est à même ou non d’exiger une indemnité liée à un retard. Prise de conscience ensuite, car le site procure aux utilisateurs une vision d’ensemble sur l’étendue généralisée des problèmes qui sévissent sur l’ensemble du réseau. 

Publicité
Les retards à répétition, les travaux d’entretien interminables et mal agencés, auxquels s’ajoute le déraillement du train Corail en gare de Brétigny l’été dernier ne risquent-t-ils pas, à terme, d’entraîner une sérieuse remise en question de la validité durable du réseau, problématique plus que jamais d’actualité ?

Publicité