L'enquête sur l'altercation survenue samedi dernier sur une plage de Sisco (Corse), entre des habitants du village et des plagistes venus de Bastia, révèle le point de départ de la rixe : des membres de la famille d'origine magrhébine auraient voulu s'approprier la plage.

Samedi dernier, sur la plage corse de Sisco, une rixe a éclaté entre des habitants de la commune et une famille venue de Bastia. Mercredi, lprocureur de la République de Bastia, Nicolas Bessone, a tenu une conférence rapportée par Le Point. Il a déclaré que les membres de la famille bastiaise, qu'il précise "d'origine maghrébine", avaient "voulu, dans une logique de caïdat, s’approprier la plage et la privatiser".

Ils auraient ainsi tenté d'intimider les habitants de Sisco, les harcelant avec des "jets de pierre", des "insultes" et des "menaces".  Trois "membres masculins" de la famille auraient ensuite pris à partie un adolescent du village, entraînant la mêlée générale.

À lire aussi – Homme harponné, machettes... : le point sur les violents affrontements en Corse

Cinq suspects, dont deux libérés

Deux suspects de la famille d'origine maghrébine ont été interpellés à leur domicile, dans le quartier de Furiani à Bastia. Un troisième, se sachant recherché, s'est présenté de lui-même au commissariat. Deux habitant de Sisco ont également été convoqués. Tous les cinq ont été placés en garde à vue dans le camp militaire de Borgo, au Sud de Bastia, mercredi matin.

Publicité
Les deux habitants de Sisco ont été libérés et accueillis en héros par la population. Les trois frères étaient encore en garde à vue mercredi soir, selon Le Point. Tandis que le maire du village demande "calme" et "patience" à ses concitoyens, le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, dénonce une affaire "très ethnicisée".

Vidéo sur le même thème – Corse : pourquoi de telles tensions à Sisco ?

Publicité