Simon Fieschi, un des survivants de l’attaque terroriste survenue dans les locaux de Charlie Hebdo, se trouve toujours à l’hôpital. Si l’on a beaucoup parlé des autres victimes, peu d’hommages ont été rendus à ce jeune homme de 31 ans.

Alors que sort ce mercredi, le nouveau numéro de Charlie Hebdo, c’est l’occasion de revenir sur un des rescapés de l’attentat du 7 janvier. Les comptes Twitter et Facebook de Charlie Hebdo n’existent plus depuis l’attaque terroriste de janvier et pour cause, le webmaster de l’hebdomadaire a été très gravement blessé. Simon Fieshi, le community manager du journal satirique, s’était retrouvé plongé dans un coma artificiel profond à la suite de l’attaque. Une balle avait perforé son poumon et une seconde avait atteint la moelle épinière.

Lire aussi - Attentat à Charlie Hebdo : les récits des survivants

Simon Fieschi était sorti du coma mi-janvier, rapporte le Huffington Post canadien. C’est sa petite amie australienne, Maisie Dubosarsky, qui avait transmis cette information au Daily Telegraph australien. Elle avait déclaré qu’il était sorti du coma mais qu'elle ne savait pas s’il pourra remarcher un jour. Dans un article consacré au second numéro de Charlie Hebdo, L'Humanité affirme que "le webmaster Simon Fieschi se remet tant bien que mal de son poumon perforé". 

Publicité
"Simon, lui, a survécu. C'était le cadeau du destin en cette interminable journée de mercredi, car "le petit", notre webmaster, revient de loin. Plongé dans un coma artificiel profond, le poumon perforé, lui qui avait réussi à arrêter de fumer, la moelle épinière atteinte, il reviendra lentement à la vie, mais il reviendra. Eminent spécialiste en aluminium et en histoire de la gendarmerie corse, Simon avait tout ce qu'il faut pour intégrer l'équipe : un sens de l'humour à toute épreuve, et tout le tact, la patience et l'amour nécessaires pour faire face aux "shit storms" quasi-quotidiennes sur les réseaux sociaux. Les réponses courtoises et rigolotes aux menaces de mort, les statuts hilarants sur la page Facebook aux millions de like, les tweets acides de Charlie, c'était lui", avait déclaré Zineb El Rhazoui, la journaliste et militante des Droits de l’homme et membre de la rédaction de Charlie Hebdo dans un article publié deux jours après l’attentat dans Le Monde.

Vidéo sur le même thème : le témoignage bouleversant de Patrick Pelloux sur le plateau d'iTélé