Les premiers jours du procès du couple diabolique accusé d'avoir tué la petite Fiona ont dévoilé les facettes sombres de Cécile Bourgeon. Viol, drogue, violences, focus sur la vie sombre de la femme de 29 ans.

Marquée par le divorce de ses parents, battue par son père, éprouvée par ses difficultés scolaires, Cécile Bourgeon n'a pas eu une vie facile avant de rencontrer, à 15 ans, le futur père de Fiona, Nicolas Chafoulais. Jusqu'à ses 23 ans, le couple est resté plus ou moins uni, mais aurait périclité à cause des problèmes de drogues de Cécile Bourgeon.

La jeune femme consommait en effet de l'ecstasy, de la kétamine, du LSD et même de l'héroïne, rapporte L'Obs. En 2012, elle a été violée, ce qui a bouleversé sa vie et précipité sa descente aux enfers. Peu après, elle a rencontré Berkane Makhlouf. Les deux amants se sont encore plus enfoncés dans la drogue. Cécile Bourgeon a alors ajouté à sa consommation de la cocaïne et du crack, parfois jusqu'à 6 grammes dans la soirée, et tellement de joints qu’ils "ne les compt(aient) même pas", a admis Berkane Makhlouf devant le tribunal.

À lire aussi – Affaire Fiona : les bourreaux de la fillette devant la justice

Les facettes osbcures de Cécile Bourgeon

Au procès du couple, mardi, la mère de 29 ans était nerveuse et colérique. La faute, selon elle, à ses médicaments. Lorsque l'avocate de la partie civile a lu à haute voix l'une de ses lettres, adressée à un inconnu qui lui a écrit, et dans laquelle elle explique vouloir porter son enfant, elle s'est mise hors d'elle. "Vous faites ça pour indigner la salle ! Et alors ? Où est le mal ?", s'est-elle insurgée, avant de lancer : "Si vous cherchez la petite bête, vous allez la trouver".

Placée sous antidépresseurs (entre autres), la jeune femme a tenté de se suicider plusieurs fois pendant ces trois années derrière les barreaux. La psychologue qui l'avait interrogée en 2013 évoquait sa "fragilité" et sa "peur de l'abandon", arguant que "son parcours de vie" devait obligatoirement la mener à "s’engager dans des situations d’emprise".

Publicité
Malgré ces rebondissements dans son attitude, pas une fois elle n'a laissé échappé de nouvelle information sur l'affaire. Elle a simplement conclu : "On n'a pas voulu tout ça", "c'était un accident".

Vidéo sur le même thème – Quand la mère de Fiona se confiait après la disparition de sa fille

Publicité