Dans la nuit du 4 au 5 février, une jeune étudiante de 22 ans a été violée dans un train en présence d’autres voyageurs.

Une étudiante de 22 ans s’est fait violer dans un train Paris-Melun dans la nuit du 4 au 5 février. A 23h49, alors qu’elle fume une cigarette sur le quai de la gare à Paris, la jeune femme se fait aborder par un homme, comme le rapporte Le Parisien. Elle ne lui prête pas attention. A l’arrivée du train, elle monte à bord et s’assied sur la banquette.

Lire aussi - Agressions sexuelles dans le métro : 85% des Parisiennes pensent que personne ne leur viendrait en aide

L’homme prend place à côté d’elle et essaye d’entamer la conversation. Comme elle ne lui répond pas, il se penche vers elle comme pour lui parler à l’oreille. En fait, il l'embrasse de force dans le cou et sur les joues.

L’étudiante tente de le repousser mais l’homme est bien plus fort qu’elle. Il glisse alors sa main dans son pantalon et la viole. Les autres passagers ne réagissent pas, personne ne bouge pour venir en aide à la jeune femme. Une source judiciaire explique que les faits auraient pu échapper à l’attention des voyageurs.

L'étudiante mettra deux jours à confier son agression

Arrivée à destination, la victime sort du train suivie par son agresseur qui tente de la violer une nouvelle fois avant de s’en aller. Traumatisée, la jeune fille rentre chez elle. Ses parents remarquent alors les hématomes sur son visage, elle n’arrive pas à leur dire ce qui lui est arrivé et invoque une chute.

Publicité
Deux jours après le viol, la jeune femme se confie à des amies. La police est alors alertée. Grâce aux caméras de vidéosurveillance de la gare et à un portrait-robot, un homme de 38 ans est interpellé. Il s’agit d’un SDF de la région de Montereau. Son avocat confirme qu’il est sans emploi mais qu’il ne serait pas connu pour des affaires sexuelles. Le suspect a été écroué à Fleury-Mérogis dans l’Essonne.

Vidéo sur le même thème: Éradiquer le viol comme une arme de guerre, un long combat