D’après une récente étude galloise, il serait plus dangereux de conduire enrhumé qu’en état d’ébriété. Plus de détails.

Un danger insoupçonné. Des chercheurs gallois ont récemment démontré qu’il est autant, voire plus, dangereux de prendre le volant lorsque l’on est très enrhumé que lorsque l’on est sous l’emprise de l’alcool. Andy Smith, l’un des auteurs de cette étude a en effet expliqué qu’ "avoir un rhume équivaut à boire trois ou quatre pintes". Autrement dit, le temps de réaction d’un conducteur malade serait long que celui d’un conducteur qui a bu de l’alcool. Et alors que cette conclusion promet d’en surprendre plus d’un, le scientifique a précisé que "le rhume ralentit la réaction de 36 millisecondes. Tandis que consommer une quantité d’alcool supérieure à la limite maximale, ralentit le temps de réaction de seulement  15 millisecondes".

Gare aux éternuementsEn plus d’augmenter le temps de réaction, conduire malade pousserait à coller davantage le véhicule de devant. Selon les auteurs de l’étude, phénomène serait dû à la quête inconsciente de réconfort des automobilistes souffrants. Ou tout simplement désireux de regagner leur lit douillet au plus vite. Et si ce deuxième facteur a de quoi faire sourire, il n’en demeure pas moins dangereux que le précédent. La distance entre les véhicules étant raccourcie, un simple éternuement peut en effet provoquer un défaut de maîtrise du véhicule et ensuite un accident.

Publicité
D’autres études sur le sujet avaient précédemment conclu que lorsque l’on est malade, notre organisme est affaibli jusque dans les réactions chimiques qui s’opèrent au niveau du cerveau. Ce qui peut engendrer des troubles des mouvements.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :