L'avocat du terroriste présumé des attentats de Paris du 13 novembre a déclaré samedi que son client collaborerait avec la justice belge et refuserait l'extradition vers la France. Explications.  

L'avocat de Salah Abdeslam, arrêté vendredi après quatre mois de fuite, a déclaré samedi que son client refuserait l'extradition vers la France. "Nous refuserons l'extradition vers la France", a déclaré Sven Mary, qui a pu s'entretenir avec Salah Abdeslam une dizaine de minutes. Une annonce qui intervient alors qu'une audition devant un juge d'instruction concernant le mandat d'arrêt européen émis par la France devait avoir lieu samedi après-midi. 

Sven Mary a par ailleurs ajouté qu'ils collaboreraient avec la justice belge, sans dire la même chose pour les autorités françaises. L'homme de loi a précisé que son client était alité, à cause de sa blessure à la jambe. 

Un transfert vers la France retardé 

Le refus d'extradition vers la France par le suspect âgé de 26 ans ne signifie toutefois pas qu'il ne sera pas jugé en France. Cela lui fera seulement gagner quelques semaines, vraisemblablement pour mieux préparer sa défense. 

Publicité
La France avait demandé dès vendredi soir l'extradition de celui qui est suspecté d'avoir participé, en apportant au moins un soutien logistique, aux attentats de Paris le 13 novembre, qui ont fait 130 morts.

En vidéo sur le même thème - Cazeneuve : l'arrestation d'Abdeslam, un "coup important porté à l'organisation Daech en Europe" 

Publicité