Depuis mercredi, Salah Abdeslam est en détention provisoire dans la plus grande maison d’arrêt d’Europe à Fleury-Merogis, près de Paris. Une incarcération qui nécessite des mesures de sécurité particulières.

Un invité bien particulier vient d’élire domicile à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, à 26 kilomètres au sud de Paris. Salah Abdeslam, l’homme qui fut un temps le fugitif le plus recherché d’Europe, a été mis à l’isolement, mercredi, dès son arrivée dans la plus grande prison d’Europe.

Le terroriste présumé est un détenu qui nécessite des mesures de sécurité un peu particulières. Il y a un mois déjà, la direction interrégionale de l'administration pénitentiaire de Paris était allé visiter les locaux rénovés pour évaluer si cet établissement pénitentiaire était bel et bien le plus sécurisé de la région parisienne, rapporte le Figaro.

Alors qu’il a enfin pris place dans ses quartiers, à l’isolement, Salah Abdeslam est maintenant sous la garde directe d’un mirador. Séparé des autres détenus, il n’a pas effectué le parcours traditionnel des nouveaux arrivants en prison. Le prisonnier a été mené directement à l’isolement et a été reçu par la directrice de l’établissement qui lui a expliqué les conditions de sa détention. Des services médicaux et d’insertion ont également évalué les risques suicidaires.

A lire aussi- Salah Abdeslam : les dessous de son arrivée secrète en France

Salah Abdeslam est également encadré par une équipe formée à l’accompagnement des détenus très dangereux. Les vêtements du prisonnier se limiteraient à un pyjama en papier, pour éviter tous risques suicidaires, et des rondes sont effectuées toutes les trois heures.

Enfin, pour la première fois, une caméra de vidéosurveillance a été placée dans la cellule. Une mesure "dont les modalités d'usage ont été fixées conformément aux exigences de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'Homme et des libertés fondamentales et du droit français de la protection des données personnelles", a indiqué dans un communiqué le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.

Peu de visites, mais la télévision

Publicité
Autorisé à faire des promenades solitaires dans la cour contiguë à sa cellule, il devra cependant éviter tout contact avec les autres détenus. Des personnes contrôlées, en nombre limité, pourront lui rendre visite. En attendant, pour passer le temps, il pourra regarder la télévision.

Vidéo sur le même thème :  Salah Abdeslam derrière les barreaux en France

Publicité