Des armes lourdes, des explosifs et des centaines de munitions ont été retrouvés dans l'appartement des terroristes qui auraient projeté des attentats à Roissy et à La Défense.

"Une logistique d’ampleur". Voici les mots utilisés par François Molins, le procureur de Paris, pour qualifier la planification et la préparation minutieuse à laquelle se livraient les terroristes tués ou arrêtés à Saint-Denis mercredi matin. "Une nouvelle équipe de terroristes a été neutralisée et tout laisse à penser que, au regard de leur armement, leur organisation structurée et leur détermination, ce commando pouvait passer à l'acte", a-t-il précisé lors d’une conférence de presse.

Et en effet, les djihadistes avaient tout prévu. Ils disposaient même d’un véritable "arsenal de guerre". Des kalachnikovs et des ceintures explosives ont été retrouvées après l’assaut du Raid et de la BRI. Une femme kamikaze est d’ailleurs morte en se faisant exploser. Comme le détaille Metronews, des centaines d’étuis de calibre 7.62, les munitions utilisées dans les kalachnikovs, ont également été saisies. Pour neutraliser les djihadistes, les forces de l’ordre ont tiré près de 5 000 munitions.

Les terroristes auraient planifié deux attentats en région parisienne

Publicité
En plus d’un stock d’armes conséquent, les terroristes avaient à leur disposition des téléphones portables pour se coordonner. Selon une source policière interrogée par France 2, ils se préparaient à passer à l’acte. L’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle et le centre commercial des Quatre Temps à la Défense (Hauts-de-Seine) auraient pu être dans leur viseur. Une information qui n’a toutefois pas été confirmé par le parquet de Paris.

En vidéo sur le même thème - Les images du début de l'assaut à Saint-Denis 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité