Les forces de l’ordre ont donné l’assaut ce mercredi matin contre plusieurs forcenés retranchés dans un appartement. Le périmètre est bouclé et les voisins confinés chez eux.

Moins d’une semaine après les attentats de Paris, les forces de l’ordre ont lancé un assaut ce mercredi matin, à 4h30, dans un appartement près de la basilique Saint-Denis, dans le nord de Paris.

Selon plusieurs sources, six personnes se trouvaient dans cet appartement. A l’arrivée des policiers et du RAID, une femme kamikaze s’est fait exploser tandis qu’un forcé a été abattu vraisemblablement par un sniper de la police. Dans le même temps, trois personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre. Il semblerait qu’un dernier forcené soit encore dans l’appartement, encerclé par les forces de l’ordre.

"L’immeuble bougeait.."

Au moment et après l’assaut, plusieurs riverains ont témoigné aux médias leur stupeur et leur crainte devant un tel scénario. Une voisine, presque entièrement voilée, a raconté à France 2 : "Ils [les policiers] nous ont dit de rester par terre, de rester cachés. On est restés comme ça avec mon bébé. On voyait des lasers qui venaient vers nous. Il y avait des explosions. L'immeuble bougeait." Elle a même entendu les forcenés dire "rechargez ! rechargez !"

La police a d’ailleurs interpellé la personne qui avait loué son appartement aux personnes retranchées. Mais avant son interpellation, il a pu être interrogé par un journaliste de BFMtv à qui il a dit : "Un ami m’a demandé d’héberger deux de ses potes pour quelques jours." "On m'a demandé de rendre service, j'ai rendu service, je n'étais pas au courant que c’étaient des terroristes.", a expliqué l’homme avant d'être menotté et emmené par les policiers.

"J’avais peur dans le métro, et voilà que ça arrive à Saint-Denis…"

Publicité
Interrogé par France 2, un homme dont le frère est voisin de l’appartement ciblé lui a raconté que c’était "la guerre" et qu’il était retranché depuis 4h30 du matin dans sa salle de bain. Une autre riveraine racontait vers 8 heures à Francetv Info : "J'ai entendu une seule détonation, mais très forte, comme une grenade ou quelque chose du genre. Je ne dors plus depuis 4h15, j'ai été réveillée par des coups de feu. J'habite au deuxième étage, alors j'ai ouvert la fenêtre et là un policier m'a dit de rester chez moi, de ne pas bouger (…) J'ai très peur. J'avais déjà peur dans le métro, et voilà que ça arrive à Saint-Denis...".

Vidéo sur le même thème : Les images du début de l'assaut à Saint-Denis 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité