Selon l’"Obs", le médiatique consultant sur les questions de djihadisme international est en fait "fiché S" par les services antiterroristes depuis plusieurs années.

Des révélations qui font mauvais genre… Selon l’Obs, Romain Caillet, expert auprès des journalistes sur les questions de djihadisme international, est un ancien pro-djihad fiché S par les services antiterroristes depuis plusieurs années.

"Je savais qu’il y en avait une, mais je ne savais pas qu’elle existait encore", confirme auprès du Parisien le "consultant djihadisme" qui travaille principalement avec BFMtv.

"J’ai eu une aventure intellectuelle"

Romain Caillet, né en 1977 et converti à l’islam à 20 ans, a en effet vécu en Egypte à partir de 2005, y fréquentant les milieux extrémistes "en toute légitimité", explique-t-il. En effet, l’homme, en plus de prendre des cours d’arabe à l’Institut français d’Egypte, rédigeait une thèse sur les salafistes égyptiens, l’amenant à fréquenter les milieux radicalisés du Caire.

A lire aussi "Soldats d’Allah" : ce qu’il faut retenir du documentaire choc sur les djihadistes en France

Sa fiche S, Romain Caillet a dû l’obtenir parce qu’il vivait à Nasr City, un quartier du Caire où sont passés les frères Clain, des Français convertis à l’islam radical et dont l’un, Fabien, est connu pour avoir revendiqué dans une vidéo les attentats du 13 novembre à Paris. Romain Caillet reconnaît tout de même avoir "eu une aventure intellectuelle, par curiosité" durant cette période et avoir frayé d’un peu trop près les milieux djihadistes. Sur les forums islamises, Romain Caillet intervenait sur les forums islamistes sous le pseudonyme de "Colonel Salafi", et ne cachait pas ses positions en faveur du djihad.

Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad

Ce qu’il a arrêté de faire en mars 2007, se souvient-il. Lors d’une garde à vue en France en janvier 2008, il dira : "Sur le djihad, je ne suis pas d’accord avec les Clain. Depuis mars 2007, je ne suis plus pour le djihad parce que je m’oppose au fait d’entraîner des jeunes pour se sacrifier à mourir sans avoir acquis au préalable les bases de l’islam."

Publicité
Ce n’est pas la première fois que le passé de Romain Caillet refait surface. En février 2015, il avait été refoulé du Liban pour de prétendus "liens avec des organisations terroristes". Le chercheur y avait vu à l'époque la main du Hezbollah, principal parti chiite du Liban.

Suite à ces révélations, la chaîne BFMtv a annoncé dans un communiqué la fin de sa collaboration avec Romain Caillet.

Vidéo sur le même thème : Gilles Kepel présente la genèse du djihad français dans "Terreur dans l'Hexagone" - 17/12 

Publicité