Les policiers du commissariat de Rezé (Nantes) ont récemment découvert des bouts d’organes humains placés sous scellés dans le réfrigérateur de leur salle de repos. Plus de détails.

Incroyable mais pourtant vrai : dans le frigo de leur salle de repos au commissariat de Rezé (Nantes), des policiers ont récemment découvert des restes humains. En effet, à côté de leur déjeuner, yaourts et autres provisions stockées au frais, ils ont trouvé des sacs contenant des bouts d’organes.

"Pas de risque de contamination""Il s’agit de prélèvements faits lors de l’autopsie du corps d’une femme qui s’est jetée dans la Loire. Ce sont des fragments de poumon, cerveau et foie placés dans des petits pots scellés à l’autopsie destinés à des analyses complémentaires", a précisé Jean-Christophe Bertrand, le directeur de la Sécurité publique départementale. "Ils auraient dû aller directement dans un frigo dédié comme c’est la règle", a-t-il également déploré avant de souligner que la procédure de mise sous scellés ayant, elle, été respectée, il n’y avait "pas de risque de contamination" des aliments des policiers.

Publicité
"Il y a le souci du respect de la victime"Mais ces éléments n’ont visiblement pas convaincu les fonctionnaires, lesquels s’indignent qu’une telle erreur ait pu être commise."Pendant cinq jours ce sac est resté dans le même frigo que les repas des policiers (…) Les pauvres collègues qui ont stocké le sac ne sont pas les fautifs. Dans cette affaire, l’ordre a été donné par la haute hiérarchie", a en effet vivement regretté Stéphane Léonard, de l’Unité SGP-Police Force Ouvrière au micro d’Europe 1. Et celui-ci d’ajouter : "Il y a le souci du respect de la victime. Cette femme peut être une mère de famille ou la fille de quelqu’un. Il y a tout un protocole à respecter (…) Il faut respecter les mort… et les vivant".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :