La revalorisation annuelle des retraites risque fort de ne pas suivre l’inflation. Le pouvoir d’achat des retraités pourrait donc s’éroder.

Leur pouvoir d’achat va en prendre un coup.  Patronat et syndicats plancheraient actuellement sur un accord prévoyant, entre autres, de ralentir la progression des retraites. Celles-ci devraient ainsi augmenter dans une moindre mesure que l’inflation le 1er avril prochain. Une mesure qui  aurait pour conséquence directe de pénaliser le pouvoir d’achat des retraités.

Alors que d’après les prévisions, le déficit des caisses des régimes Agirc (pour les cadres) et Arrco (pour tous les salariés du privé) devraient dépasser les 10 milliards d’euros d’ici cinq ans,  les partenaires sociaux sont actuellement en  train de discuter des mesures à adopter pour freiner la dégradation de ces comptes. Parmi les solutions envisagées figurent notamment l’augmentation des cotisations, l’allongement de leur durée et même le gel des pensions. Les Echos ont par ailleurs indiqué que la revalorisation des retraites pourrait, elle aussi, être visée par ces mesures. D’après le quotidien, celle-ci pourrait en effet être de l’ordre de 0,8% au lieu du montant  de 1,8% initialement prévu pour compenser l’inflation. Le journal précise également qu’une telle mesure permettrait aux deux caisses de régimes de faire près de 800 millions d’économies par an et ce, d’ici 2017.  

La CGT s’y oppose

Publicité
Le Figaro a, quant à lui, rapporté que la CFDT, FO, CFTC et CFE-CGC seraient prêts à accepter la mise en place de telles mesures. Malgré l’accord de principe de ces quatre syndicats, un autre, la CGT, s’y opposerait. Ses représentants ont en effet expliqué aux Echos que selon eux, cette solution n’est "ni acceptable, ni à la hauteur des enjeux". Les partenaires sociaux ont jusqu’au mois de mars pour parvenir à trouver une solution qui satisfasse toutes les parties.

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité