Kevin, ce jeu ne Français obèse qui était bloqué aux Etats-Unis depuis fin octobre après que British Airways a refusé de le transporter, a finalement pu traverser l’Atlantique à bord d’un avion Virgin. Mais il est désormais coincé à Londres, Eurostar refusant de le faire voyager.

© AFP

Kevin va-t-il enfin voir le bout du tunnel ? Bloqué à Londres après s’être vu refuser l’accès à l’Eurostar pour rentrer à Paris, le voyage du retour est décidément bien compliqué pour le jeune homme obèse et sa famille. Kevin Chesnais, 22 ans, qui était soigné pour son poids dans une clinique spécialisée de Chicago, a finalement pu monter à bord d’un avion de la compagnie Virgin Atlantic pour rallier l’Europe, mais il est désormais coincé à Londres, Eurostar ayant refusé de le faire voyager.

Trop gros pour British AirwaysRefusé à l’embarquement par British Airways fin octobre pour des raisons de sécurité, Kevin et sa famille avait prévu de se rendre à New York en train, pour rejoindre le Royaume-Uni à bord du Queen Mary. Mais le paquebot les a également refoulés, invoquant là aussi des raisons de sécurité. Kevin, 230 kilos, se peut se déplacer qu’à l’aide d’un fauteuil motorisé et a besoin d’oxygène et d’une surveillance médicale constante. C’est finalement à bord de la compagnie Virgin qu’ils ont pu embarquer pour Londres lundi soir, mais les Chesnais cherchent désormais une solution pour rentrer en France et rejoindre leur domicile, situé à Ferney-Voltaire, dans l’Ain, à la frontière suisse.

Publicité
Un voyage compliqué et éprouvantInterrogé par l’AFP, Kevin a confié que le vol de retour avait été « terrible, terrible terrible ». « L'aéroport (de New York, ndlr) a été très dur avec moi, parce que j'ai dû marcher une longue distance, enfin pour moi c'est beaucoup, plus de dix mètres » a-t-il expliqué. Eurostar a, de son côté, également avancer des raisons de sécurité  pour justifier son refus de faire voyager le jeune homme. « Son poids fait que nous ne pourrions pas prendre en charge la personne, nous ne pourrions pas la porter et l'évacuer » a indiqué une porte-parole, ajoutant que la compagnie avait contacté ses partenaires pour trouver une solution de transport, « ferry, taxis et autres ».