Nicolas Sarkozy a repris du service comme avocat. Et avec un client de premier ordre, le richissime Prince Aga Kahn, l’ancien président redémarre sur les chapeaux de roues. De quoi s’attirer au passage quelques critiques quant à son impartialité.

S’il avait peur de s’ennuyer après son départ de l’Elysée, voilà Nicolas Sarkozy de nouveau  bien occupé. Entre deux conférences internationales, l’ancien président est revenu à ses premières amours et a renfilé la robe d’avocat. Son client : le Prince Karim Aga Khan IV. Le richissime homme d’affaires et chef spirituel des ismaéliens nizarites est en effet en plein divorce, et vient d’engager Nicolas Sarkozy pour le défendre, révèle Marianne.

Publicité
Condamné par la Cour d’appel d’Amiens, qui a reconnu ses torts exclusifs, à verser à son ex-femme la coquette somme de 60 millions d’euros, l’Aga Kahn vient de voir la décision du tribunal annulée par la Cour de cassation grâce au savoir-faire de Me Sarkozy. Revers de la médaille, l’ancien président est accusé d’avoir usé de son influence pour faire pression sur les magistrats. C’est le Times qui l’accuse de vouloir ainsi protéger ce vieil ami de la France, qui profite également d’un régime fiscal plutôt alléchant, garanti par les mesures prises par Nicolas Sarkozy durant son mandat. C’est désormais à la Cour d’appel de Paris de trancher, mais Me Sarkozy risque bien de se voir critiqué chaque fois qu’il se verra défendre des personnalités, qu’il aurait en plus croisé du temps où il était au sommet de l’Etat.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :