Une serveuse a été agressée par deux passants lundi midi à Nice. Ses agresseurs n’auraient pas apprécié qu’elle serve de l’alcool à ses clients alors que le ramadan venait de commencer. 

Une agression a eu lieu lundi vers midi dans un bar du centre-ville niçois. Selon les informations de Nice-Matin, une employée de l’établissement a été prise à partie par deux hommes qui lui reprochaient de servir de l’alcool à ses clients alors que le ramadan venait de commencer. Après avoir verbalement agressé la serveuse, les deux hommes en seraient ensuite venus aux mains. Interrogée par L’Obs, la victime a raconté l’échange qu’ils ont eu. "J’étais toute seule dans le bar quand deux passants ont fait irruption. Ils ont pointé du doigt les bouteilles d’alcool qui se trouvaient derrière le comptoir, puis l’un d’eux m’a dit en arabe ‘Tu devrais avoir honte de servir de l’alcool en période de ramadan’. Puis, il a ajouté ‘Si j’étais Dieu, je t’aurais pendu’", s’est-elle souvenu. Ce à quoi elle lui aurait répliqué : "Tu n’es pas Dieu pour me juger".

A lire aussi - Ramadan : une polémique éclate à Lorette à cause du "bruit"

Le quotidien local rapporte que les images de vidéosurveillance du bar montrent très clairement les deux malfaiteurs interpeller la jeune femme, qui pratique elle-même le ramadan, sur la terrasse du café avant de faire semblant de partir et de finalement revenir pour s’en prendre physiquement à elle à l’intérieur de son lieu de travail. Blessée, la serveuse souffre d’un important hématome à l’arcade sourcilière. Elle a porté plainte contre ses agresseurs, de même que son patron qui a lui aussi été attaqué par eux. Toujours d’après Nice-Matin, le propriétaire de l’établissement a lui aussi été menacé par les deux mêmes hommes trois jours plus tôt. A l’approche du mois de jeûne pour les musulmans, ces derniers avaient tenté de le dissuader de vendre de l’alcool.

Un boulanger agressé à cause de sandwichs au jambon

Publicité
Rapidement, le député LR et président du Conseil département Eric Ciotti a réagi. "Cette agression s’inscrit dans un contexte national de progression continue du fondamentalisme religieux et de la montée du communautarisme", a-t-il estimé. De son côté, le conseiller régional FN Philippe Vardon est monté au créneau pour dénoncer la politique menée par le maire LR de la ville : "Cette situation est le résultat de la faiblesse des dirigeants politiques, Christian Estrosi et les siens, s’étant empêtrés dans des compromis inacceptables et dangereux". 

Il y a deux ans, un boulanger du même quartier avait été agressé sous prétexte qu’il vendait des sandwichs au jambon.

 En vidéo - Début du ramadan dans des conditions parfois difficiles

Publicité