Deux terroristes s’en sont pris aux personnes présentes dans une église normande mardi, mais un seul a pour le moment été formellement identifié. Il s’agit d’Adel Kermiche, un jeune de 19 ans bien connu des services antiterroristes. Retour sur son parcours. 

Un des deux terroristes qui ont sauvagement tué un prête dans une église à Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime) mardi a été formellement identifié. Lors d’une conférence de presse organisée dans la soirée, le procureur de la République François Molins a en effet annoncé qu’il s’agissait d’un jeune de 19 ans bien connu des services antiterroristes français. Pour le moment, seul Le Parisien a diffusé un cliché censé le représenter (cf. tweet ci-dessous).

Deux tentatives pour rejoindre la Syrie Né le 25 mars 1997 à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), Adel Kermiche faisait l’objet d’un placement sous contrôle judiciaire et sous surveillance. Depuis mars dernier, il devait en effet porter un bracelet électronique et était assigné à résidence chez ses parents. En cause : ses deux tentatives pour tenter de rallier la Syrie. L’année dernière, il a en effet été arrêté en Allemagne "alors qu’il utilisait l’identité de son frère pour se rendre en Syrie", a expliqué le magistrat. Une interpellation qui a donné lieu à un premier placement sous contrôle judiciaire. Le jeune devait notamment pointer au commissariat de son lieu de résidence, à Saint-Etienne-du-Rouvray. Ce qu’il a fait pendant un temps, jusqu’à ce qu’il décide de tenter une nouvelle fois de rallier la Syrie. En mai 2015, il a ainsi quitté le domicile de ses parents, et un mandat d’arrêt international a été émis à son encontre. Adel Kermiche a finalement été arrêté quelques jours plus tard en Turquie, en provenance de Genève. Il a alors été expulsé vers la Suisse, où les autorités l’ont ensuite remis à leurs homologues françaises.

A lire aussi – VIDEO Attentat à Saint-Etienne-du-Rouvray : la reconstitution des faits

Adel Kermiche avait été libéré en mars dernierDe retour en France, le terroriste a été mis en examen et placé en détention provisoire. Il y est resté de fin mai 2015 à mars 2016. Libéré, il a cependant été de nouveau placé sous contrôle judiciaire, et sous surveillance électronique avec assignation à résidence chez ses parents toujours. Adel Kermiche était ainsi privé de sa carte d’identité et de son passeport, ne pouvait pas quitter le département, devait se présenter une fois par semaine au commissariat et avait des horaires de sorties restreints : entre 8h30 et 12h30 en semaine, et entre 14 heures et 18 heures les weekend et jours fériés.

Publicité
La prise d’otages dans l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray a eu lieu en fin de matinée mardi. L’attaque qui a fait un mort, le père Jacques Hamel, a depuis été revendiquée par Daech. "Je ne suis pas étonné, il m’en parlait tout le temps… Il parlait de l’islam… qu’il allait faire des trucs comme ça, a confié un jeune proche de lui au micro de RTL. Sur le Coran de La Mecque, il m’a dit : ‘Je vais attaquer une église’. Il m’a dit ça il y a deux mois en sortant de la mosquée (…) Je ne l’ai pas cru". A un journal Suisse l’année dernière, la mère du terroriste avait quant à elle raconté : "Il disait qu’on ne pouvait pas exercer sa religion tranquillement en France. Il parlait avec des mots qui ne lui appartenaient pas. Il a été ensorcelé, comme dans une secte".

En vidéo - Prêtre égorgé : Molins confirme la mort "par blessures à l'arme blanche à la gorge et au thorax"

Publicité