Rachida, aux noms des pères, la BD mettant en scène Rachida Dati sera bien publiée. La demande d’interdiction déposée par l’ancienne Garde des Sceaux a été rejetée par la justice.

Le juge des référés de Versailles a rejeté la demande de Rachida Dati visant à interdire la publication de la bande dessinée intitulée Rachida, aux noms des pères, et mettant en scène de manière humoristique la vie privée de l’ancienne ministre de la Justice dans sa recherche de paternité de sa fille Zohra. Rachida Dati avait demandé l’interdiction de la BD, ainsi que 100 000 euros de dommages intérêts pour elle et sa fille au motif que l’ouvrage constituait une intrusion dans sa vie privée. Le juge l’a déboutée « pour elle-même et es qualité de représentante légale de sa fille mineure, de ses demandes d'interdiction de la publication, d'encart et de demandes d'indemnité ».

Publicité
Dans sa décision, consultée par l’AFP, le juge estime que la bande dessinée publiée par les éditions 12Bis « ne dépasse pas les lois de la satire politique ». Pour le président du tribunal, il n’y a pas ici d’atteinte à la vie privée, ce dernier indiquant que « la médiatisation par Madame Dati de la parentalité de sa fille a accompagné sa vie politique depuis quatre ans ». Une décision qui semble « logique » à Me Richard Malka, l’avocat de la maison d’édition, pour qui la justice a « retenu d'une part le droit à l'humour et d'autre part la complaisance de Mme Dati en matière d'utilisation de sa propre vie privée ».  

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité