Patron de médias, industriel et homme d’affaires… Cet ami proche de Nicolas Sarkozy aurait décidé de mettre un terme à la célèbre émission de marionnettes. 

Depuis quelques jours, la France est pratiquement unanime pour dénoncer un futur arrêt de l’émission phare de Canal +, Les Guignols de l’info, créée par feu Alain de Greef.

L’arrêt de l’émission a été révélé dans la semaine par le site Puremédias puis confirmé par le journal Métronews qui cite une source anonyme : "Vincent Bolloré réunira les actionnaires du groupe (ce vendredi) pour entériner la décision."

Depuis, les critiques se sont multipliées à l’encontre de l’homme d’affaires, président du conseil de surveillance de Vivendi, la maison mère de Canal +. Mais qui est-il vraiment ?

La 8ème fortune de France

Vincent Bolloré est issu d’une famille d’industriels originaires de Bretagne et connaîtra un parcours fulgurant dans le monde des affaires. C’est ainsi qu’à seulement 23 ans, il se retrouve directeur-adjoint de la Compagnie financière Edmond de Rothschild.

Après quelques pérégrinations industrielles, l’homme d’affaires s’entiche des médias et devient le patron d’Havas, le géant français de conseil en communication, ainsi que du journal gratuit, Direct Matin, ou encore de l’institut de sondage CSA. En 2014, il était la 8ème fortune de France avec 10 milliards d’euros.

A la tête du groupe qui porte son nom (Groupe Bolloré), qui réalise plus de 10 milliards d’euros de chiffres d’affaires et emploie plus de 50 000 personnes dans 152 pays, Vincent Bolloré devient en 2012 le premier actionnaire de Vivendi.

Des accointances avec le monde politique

Mais Vincent Bolloré, en plus d’être un capitaine d’industrie, est aussi connu pour ses liens avec les hommes politiques et notamment Nicolas Sarkozy dont il est un proche. Ainsi, en 2007, une polémique avait éclaté lorsque celui-ci avait prêté au tout nouveau chef de l’Etat son yacht privé. Des soupçons de conflits d’intérêts viendront ensuite ternir l’image du groupe.

A lire aussi - Nicolas Sarkozy a-t-il fomenté un plan pour mettre fin aux Guignols ?

De ce fait, l’annonce de la suppression possible des Guignols de l’info, satire du monde politique et pas très tendre avec Nicolas Sarkozy, a été perçue comme une mesure politique.

Publicité
"À deux ans de la présidentielle, Vincent Bolloré va faire le grand ménage", explique une source à Métronews. Pour le journal Les Echos, "l’affaire des Guignols illustre la « méthode Bolloré »"qui veut que Vincent Bolloré, "comme à chaque fois qu’il gère un nouveau business, se mêle de tout."

Vidéo sur le même thème : Valls sur les Guignols: "Nous avons toujours besoin d'impertinence"