L’identité du Franco-Américain qui a arraché la kalachnikov des mains d’Ayoub el-Khazzani vient d’être dévoilée.

Mark Moogalian, 51 ans, est originaire de Virginie aux Etats-Unis. Il vit aujourd’hui en France et enseigne l’anglais à l’université de la Sorbonne. Le Franco-Américain était avec sa femme Isabelle Risacher-Moogalian à bord du train Thalys vendredi au moment de l’attaque. C’est lui qui a arraché la kalachnikov des mains d’Ayoub el-Khazzani, révèle le journal britannique The Telegraph.

Alors qu’il était assis à côté de son épouse, Mark Moogalian a vu un homme "étrange" se rendre aux toilettes avec sa valise. "Quelque temps après, cet homme est sorti. C'est là que Mark a vu qu'il portait une arme", a raconté Isabelle Risacher-Moogalian sur Europe 1 lundi matin. Le terroriste présumé a alors été saisi à la gorge par un Français qui préfère garder l’anonymat. Mark Moogalian a tout juste eu le temps de crier à sa femme : "Va-t'en ! C'est sérieux !", avant de se jeter sur la kalachnikov. Mais Ayoub el-Khazzani s’est emparé de son arme de poing et l’a touché au dos.

A lire aussi - Tir dans un Thalys : le récit de l'attaque sanglante

Le héros s’en sort de justesse

"La balle est entrée dans le dos puis est ressortie sous la clavicule", a expliqué au Parisien Patrick Goldstein, directeur des urgences du CHRU de Lille, où Mark Moogalian a été transporté en urgence en hélicoptère. Il a trois côtes cassées et plusieurs organes vitaux touchés. Ce héros pourrait perdre des fonctionnalités de son bras gauche mais ses jours ne sont pas en danger.

Publicité
Son épouse remercie Spencer Stone, l’un des militaires américains qui ont maîtrisé le terroriste présumé. Ce dernier a porté secours à Mark Moogalian, il a mis "son doigt sur la plaie au niveau du cou de mon mari pour stopper l'hémorragie et il est resté dans cette position pendant tout le voyage. Je pense qu'il l'a sauvé", a raconté sa femme.

Mark Moogalian a reçu un appel de François Hollande. Il sera décoré de la légion d’honneur comme les quatre autres héros dès sa sortie de l’hôpital.

Vidéo sur le même thème : Fusillade dans le Thalys : le récit de l’attaque