Le 5 février, l'Institut du monde arabe, présidé par Jack Lang, était poursuivi en référé par un traiteur libanais pour impayés.

Un défaut de mémoire qui aurait pu coûter cher à Jack Lang. L'Institut du monde arabe (IMA), dont il est le président, s'est vu poursuivre en référé par le traiteur libanais Noura le 5 février. A la tête d'un restaurant gastronomique, le traiteur a reçu à de multiples reprises Jack Lang et ses invités dans son établissement. Il a finalement exigé le règlement de factures impayées, rapporte Le Canard Enchaîné.

Un défaut de mémoire, pas d'appétit

Celui qui préside l'Institut du monde arabe depuis 2013 avait conclu, dès son arrivée, un contrat avec le traiteur libanais visant à réduire le coût des repas qui s'annonçaient nombreux. Et pour cause, l'établissement "design", avec vue panoramique sur Paris, facturait le repas à 25 euros par tête, quand il avoisine habituellement les 60 euros. Seulement, le 17 octobre 2014, la convention a été résiliée par la direction de l'IMA en raison de divers manquements.

A lire aussi - Jack Lang aurait exigé un salaire de 10 000 euros pour diriger l'Institut du monde arabe

A priori vexé, Noura a cessé sa politique de prix au rabais et a, par la même occasion, rappelé les nombreux impayés de l'ancien ministre de la Culture. En tout, 41 000 euros dont 74 repas pris en seulement deux mois par "M. Lang et ses invités" et "Mme Lang et ses invités", précise l'hebdomadaire. Lorsque Le Canard Enchaîné a interrogé cette dernière, elle a juré n'en avoir "aucun souvenir".

Publicité
Face à ce référé qui pouvait mener à un procès, l'Institut du monde arabe a opté pour le remboursement des factures impayées. Si pour l'instant les Lang n'ont plus rien à se mettre sous la dent, un appel d'offres vient d'être lancé pour trouver un successeur à Noura. 

 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :