Invité sur le plateau du "Grand Journal" de Canal+ lundi soir, l’acteur Benoît Poelvoorde a profité que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls y soit aussi pour lui demander une faveur. Plus de détails sur cette tentative de corruption.

©AFP

Il n’y est pas allé par quatre chemins. Alors que la nouvelle promotion du "Grand Journal" de Canal+ faisait lundi sa grande rentrée sous l’égide d’Antoine de Caunes, Benoît Poelvoord a voulu marquer le coup. Profitant de la présence du ministre de l’Intérieur, l’acteur avait préparé une petite boutade bien à propos qui n’a pas manqué de faire rire le public. Celui qui était dernièrement à l’affiche du "Grand méchant loup" a en effet demandé  à Manuel Valls si celui-ci voulait bien lui faire sauter un procès verbal (PV).

"Vous aggravez votre cas là !"Brandissant une lettre accompagnée d’une photo le montrant au volant d’un bolide, Benoît Poelvoord a commencé par essayer de se défendre : "C’est un malentendu. On m’accuse d’un excès de vitesse de 280 km/h. Est-ce que c’est moi ?". Ce à quoi le ministre a répondu : "Il y a incontestablement une ressemblance". Désireux de pousser un peu la blague, l’acteur a poursuivi : "Non, il y a un doute. Regardez, j’ai ma ceinture, je ne porte jamais ma ceinture à cette vitesse-là". Visiblement lassé par la boutade, Manuel Valls s’est alors montré plus sec en lâchant, non sans un petit sourire : "Vous aggravez votre cas là !".

Publicité
"C’est la fête, c’est la première"Benoît Poelvoorde a finalement mis fin à son petit "show" en déclarant : "A moins que j’ai trois ou quatre grammes d’alcool… est-ce que vous pourriez juste parapher mon truc et dire qu’il y a un petit doute (…) Juste avant de partir, c’est la fête, c’est la première  (d’Antoine de Caunes)".

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour :