TF1, M6 ou Canal Plus, toutes les chaînes en prennent pour leurs grades. Alessandra Sublet s’est complètement lâchée et a déclaré haut et fort quelle était sa vision du PAF au magazine GQ.

Alessandra Sublet, qui pour sa dernière de l’émission C à vous a reçu les confidences de Valérie Trierweiler, s’est à son tour confiée. C’est dans les pages du magazine GQ qu’elle a décidé de se lâcher. Et elle ne mâche pas ses mots : l’animatrice a dit haut et fort ce qu’elle pensait des coulisses du monde télévisuel français. A part "Jean-Pierre Pernaut qui est un mec adorable", tout le monde se prend une réflexion.

"Mon dieu, on dirait une p…"Alessandra Sublet a expliqué au magazine que pour réussir à la télévision quand on est une femme, il faut être belle, avoir du charisme et… être court vêtue. Ainsi, elle a raconté sa première expérience télévisuelle : "J’ai revu il n’y a pas longtemps une émission de M6 où je faisais des lancements plateaux avec Laurent Boyer et je me suis dit : Mon dieu, on dirait une p…. Parfois je revois des photos et je me dis c’est pas possible, c’est pas moi." Avant d’ajouter : "J’ai beaucoup appris entre TF1 et M6. Au début, comme j’étais une gonzesse, il fallait qu’il y ait un peu de jambes et un peu de seins. Je me suis demandé où j’étais. Parce qu’à la limite, escort girl c’est mieux payé pour que je me sape comme ça."

Elle est aussi revenue sur sa sortie de M6Heureusement qu’Alessandra Sublet est forte - elle est d’ailleurs arrivée à l’interview en baskets et jogging, puisqu’elle sortait de son cours de boxe - car elle s’est pris une claque par M6, lorsqu’ils ont pris Virginie Guilhaume à sa place. A ce sujet, elle a confié : "Ils avaient pris Virginie Guilhaume, en m'expliquant que je n'avais pas le niveau et que je n'étais pas assez charismatique. Tu prends n'importe quelle fille un peu plus fragile, qui se dit que ce métier c'est toute sa vie, elle se pend à la sortie."

Publicité
Le Grand Journal : 0 pointé selon Alessandra SubletMême Le Grand Journal se fait dézinguer par l’ancienne présentatrice de C à vous, elle a expliqué au magazine s’être amusée à chronométrer le temps de parole de chacun des intervenants présents autour du plateau lors de l’édition cannoise. Le résultat est sans appel : "Daniel Auteuil", l’invité, "avait parlé cinq minutes" et "les chroniqueurs vint-cinq."
 

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité

Contenus sponsorisés

Publicité