Alors que les supporters parisiens s’apprêtaient à célébrer le titre de champion lundi soir en communion avec leurs idoles, une centaines de casseurs ont gâché la fête. Le bilan est d’une trentaine de blessés et d'une vingtaine d'interpellations. Les élus UMP demandent des comptes au ministère de l’Intérieur tandis que les commerçants et la maire de Paris font l’état des lieux.

 Les "ultras" ont gâchés la fête !

Le rendez-vous était donné à 18h30 sur la place du Trocadero (16e arrondissement de Paris). Pas moins de 10.000 supporters se sont alors réunis, prêts à célébrer le titre de champion en communion le titre remporté par le PSG dimanche dernier. 200 parmi les milliers de supporteurs ont saccagé cet emblématique quartier et ainsi gâcher le plaisir de tout un club, toute une ville et aussi un pays.

Des débordements sans précédentLe rassemblement a commencé à dégénérer, une fois qu’un supporter s’est hissé sur une corniche du musée de l’Homme au dessus du Trocadero. Une banderole des "ultras" a été accroché à l'échaffaudage du musée comme revendication. Selon les policiers, les casseurs seraient en effet des "ultras" du club qui ont été bannis par le club du PSG en 2009. Les dégâts sont lourds : les abords du Trocadero et de la Tour Eiffel ont été saccagés. Un bus de touristes a même été pillé.Finalement, les véritables supporters du PSG n’auront vu leurs héros que 9 minutes au total, contre la vingtaine initialement prévue. La croisière en péniche sur la Seine, prévue à 22 heures, a par ailleurs été annulée.

A  qui la faute ?Les élus UMP ont attaqué le préfet et le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Selon eux, les forces de police étaient insuffisantes. le maire UMP du 16ème arrondissement de Paris, Claude Goasguen a même demandé la démission du ministre. Le bilan des dégâts va être certainement établi dans la journée : la note risque d’être salée. 

©AFP