Gilles Bourdouleix, député-maire de Cholet (Maine-et-Loire), a été condamné jeudi à 3 000 euros d'amende avec sursis pour des propos racistes.

© Facebook compte officiel Gilles Bourdouleix

Le député-maire de Cholet (Maine-et-Loire), Gilles Bourdouleix, a été condamné jeudi par le parquet de la ville à 3 000 euros d'amende avec sursis pour apologie de crime contre l'Humanité. Lors d'un incident avec des gens du voyage en juillet dernier, l'élu avait dit qu' "Hitler n'en avait peut-être pas tué assez".

La phrase "exalte le crime commis"

Yves Gambert, procureur de la République, avait requis une peine de six mois d'emprisonnement et 5 000 euros d'amende à l'encontre de Gilles Bourdouleix. Le magistrat avait estimé que cette phrase, prononcée en marge d'une altercation, était "clairement apologétique". "Elle exalte le crime commis, elle exprime le regret qu’on n’en ait pas tué assez", avait-il ajouté. Le procureur avait aussi relevé que ces propos étaient suivis de l'interrogation "hein?". L'élu aurait donc cherché "l'approbation de son voisin".

Du côté de la défense, l'avocat de Gilles Bourdouleix avait demandé : "Est-ce quelqu'un qui dit une bêtise" et "à qui on fait des saluts hitlériens (...) mérite d'être cloué au pilori ?" Me Brossard avait aussi souligné la nullité des propos du député estimant qu'un "discours implique un public".

"Petit merdeux"

Le 21 juillet 2013, le député était intervenu sur un terrain agricole de sa commune occupé illégalement par une centaine de caravanes. Gilles Bourdouleix s'était alors opposé à leurs occupants, avant de glisser à un journaliste qu' "Hitler n'en avait peut-être pas tué assez".

Publicité
Maire de Cholet depuis 1995 et député depuis 2002, l'élu avait été contraint de quitter l'UDI après cette affaire. Par ailleurs, Gilles Bourdouleix a été condamné jeudi à 600 euros d'amende pour insulte et diffamation à l'encontre du journaliste qui a rapporté ses propos, qualifié de "petit merdeux".

Vidéo : Gilles Bourdouleix se défend

Publicité