Le tribunal correctionnel de Nanterre a reporté au 31 janvier 2014 le procès de l’homme accusé d’avoir lancé un seau rempli d’excréments sur la journaliste Claire Chazal.

Le procès de l’homme qui avait renversé un seau d’excréments sur la présentatrice du journal de TF1, Claire Chazal, devait avoir lieu mardi après-midi. Il a finalement été renvoyé au 31 janvier 2014. Le tribunal correctionnel de Nanterre a en effet ordonné que l’individu soit soumis à une expertise psychiatrique."Un syndrome anxio-dépressif"

Agé de 69 ans, l’homme, poursuivi pour violences volontaires, "semble souffrir d'un syndrome anxio-dépressif majeur et des examens supplémentaires sont nécessaires", a relevé le parquet qui s'associe à la demande du tribunal. Interpellé immédiatement après l’agression, l’individu avait expliqué aux policiers qu'il s'était fait frôler quelques semaines auparavant par une voiture, qui roulait feux éteints dans Saint-Germain-en-Laye, dans les Yvelines. Il était alors certain que Claire Chazal était au volant, persuadé qu'elle résidait dans les environs.

"Juste lui faire une vacherie"

La présentatrice, qui a assuré ne jamais s'être rendue à Saint-Germain-en-Laye ce soir-là, habite en fait le quartier de Saint-Germain-des-Prés, en plein coeur de Paris. Je voulais "juste lui faire une vacherie", avait assuré l'homme aux enquêteurs. "Mon client dit ne pas être obsédé par Mme Chazal, mais on l'a retrouvé en possession de plusieurs magazines où elle est en couverture", a déclaré son conseil Me Lahcene Drici.

TF1 réclame 370,85 euros

Publicité
Claire Chazal ne réclame aucun dommages et intérêts. "Elle veut juste que cette histoire soit derrière elle. Cette agression était symboliquement violente et très humiliante", a souligné Me Florence Watrin, avocate de la journaliste. La chaîne TF1 demande elle, en revanche, 370,85 euros pour les frais de nettoyage de la Fiat 500 de service, conduite par la présentatrice au moment des faits. En attendant son procès, l’auteur du jet d’excréments reste placé sous contrôle judiciaire avec interdiction d'entrer en contact avec la journaliste et de se rendre à Boulogne-Billancourt, où siège TF1.

Vidéo - Retrouvez ci-dessous notre zapping Actu du jour : 

Publicité