L'audition de DSK concernant l'affaire du Carlton de Lille a démarré ce mardi 10 février. À la barre, il a assuré n'avoir "commis ni crime ni délit".

Il encourt 10 ans de prison et 1.5 millions d’amende pour proxénétisme aggravé. Ce mardi 10 février, Dominique Strauss-Kahn était attendu à la barre pour être entendu en qualité de prévenu. Restant fidèle à la ligne de défense qu’il a toujours eu concernant cette affaire, l’ex-directeur du FMI a déclaré au juge Lemaire : "je n’ai commis ni crime, ni délit".

Lire aussi :  DSK : comment le complot s’invite dans l’affaire du Carlton de Lille

Interrogé sur "l’aspect prostitutionnel" des soirées auxquelles il participait à l’invitation de Fabrice Paszkowski, DSK a nié en bloc réfutant au passage cette "activité [sexuelle] débridée" et "frénétique" qui selon lui est décrite par l’ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel.

L’ex-patron du FMI a précisé qu’il y avait eu "quatre rencontres par an pendant deux ans". Quant aux soirées en elles-mêmes, DSK nie en avoir perçu une dimension tarifaire. "On n'a jamais parlé d'argent" explique-t-il.  

"Ce n'est pas la conception des relations sexuelles que j'ai de le faire avec des prostituées" a-t-il expliqué, "ça ne me plaît pas, parce que j'aime que ce soit la fête". " Elles venaient avec des amis pour participer à des soirées festives. Je n'ai jamais pensé qu'elles venaient pour moi" a-t-il par ailleurs ajouté.  

Publicité
Questionnée à son tour, Mounia (ancienne prostituée ayant eu une relation sexuelle avec DSK) assure qu’il "n’y a pas eu d’argent évoqué, de tarif, ou quoi que ce soit". Dominqiue Strauss-Khan a deux jours pour tenter de se disculper de cette affaire.

Vidéo sur le même thème - Les protagonistes de l'affaire du Carlton de Lille